XV de France : Dimitri Yachvili s'exprime au sujet du XV de France

XV de France : Dimitri Yachvili s'exprime au sujet du XV de France©Media365

Thibault Laurens, publié le vendredi 12 avril 2019 à 16h51

Ancien international du XV de France, Dimitri Yachvili a commenté l'état du rugby français, tout en se projetant sur les Coupes du Monde 2019 et 2023. Par ailleurs, l'ancien demi de mêlée espère qu'Antoine Dupont et Romain Ntamack seront les figures de proue lors de cette échéance qui aura lieu dans l'Hexagone.



Les observateurs du rugby français sont plutôt unanimes, excepté peut-être Mourad Boudjellal. Il sera difficile pour le XV de France de décrocher un résultat positif lors de la Coupe du Monde au Japon (20 septembre - 2 novembre). Interrogé à ce sujet-là, l'ancien international des Bleus Dimitri Yachvili (61 sélections) s'est montré fataliste, avant de rebondir sur la Coupe du Monde 2023 qui se déroulera en France : « J'espère qu'on sera capables de faire quelque chose de bien. C'est un peu prématuré. Les 5-6 dernières années ont été difficiles pour le rugby français. Nous sommes la huitième nation du monde. J'espère que dans les années futures, avec en ligne de mire cette Coupe du Monde 2023 en France, on pourra être compétitifs et sortir de cette zone compliquée. On va essayer de trouver des solutions et j'espère que les instances vont en trouver afin de réintégrer le top 5. »

Pour Yachvili, Dupont et Ntamack incarnent le futur du XV de France

Pour espérer bousculer la hiérarchie mondiale, le XV de France devra, par le biais de son nouveau staff et de son futur sélectionneur, qui ne sera pas un étranger, instaurer une véritable identité autour d'une génération dorée. Une génération incarnée par les deux jeunes internationaux du Stade Toulousain, Antoine Dupont (22 ans, 14 sélections) et Romain Ntamack (19 ans, 5 sélections). Pour Yachvili, ces deux pépites doivent mener le navire dans un futur plus lointain : « En 2019, il y a eu l'émergence, lors du dernier Tournoi des 6 Nations, d'Antoine Dupont et de Romain Ntamack. Ils ont très bien joué, et le font encore aujourd'hui pour Toulouse. On l'a vu notamment en Champions Cup avec ce quart de finale face au Racing 92. Ces deux vont prendre de l'expérience. Ils ne seront pas encore à maturité au Japon. Mais pour 2023, ils seront bien et j'espère que l'équipe de France le sera également afin qu'ils soient performants. » Un constat pas vraiment partagé par Olivier Magne. Pour rappel, l'ancien troisième-ligne aile avait déclaré que le staff du XV de France devait se passer de la génération Bastareaud, Picamoles et Guirado pour laisser la place aux jeunes. Et cela, dès le Mondial japonais.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.