XV de France : Chavancy va réaliser un rêve contre le Japon

XV de France : Chavancy va réaliser un rêve contre le Japon©Media365
A lire aussi

Thomas MICO, publié le vendredi 24 novembre 2017 à 08h09

A la veille de fouler la pelouse synthétique de la U Arena avec les Bleus face au Japon, Henry Chavancy, titulaire face aux Japonais, avoue qu'il rêvait de vivre un tel moment.

Henry Chavancy, être titulaire dans ce stade que vous allez forcément beaucoup apprécier doit faire de vous un homme très satisfait ?
Oui, c'est une grande fierté et une grande joie d'être titulaire samedi. En plus, ça sera un peu particulier, parce que l'on va inaugurer la U Arena, qui est le futur stade du Racing, donc ça ajoute un peu de piment à ce match pour moi. Mais je me concentre évidemment sur ce que j'ai à faire sur le terrain et pas sur le contexte extérieur, même si c'est vrai que c'est une satisfaction supplémentaire pour moi.

La satisfaction pour vous n'est-elle pas aussi d'avoir répondu présent à Lyon mardi dernier face aux Blacks et d'avoir obligé Guy Novès à coucher votre nom sur la feuille de match ?
Ca, je ne sais pas, il faudrait demander à Guy Novès. C'est vrai que malgré la défaite, on a montré un beau visage à Lyon contre la Nouvelle-Zélande. On est quelques-uns effectivement à bénéficier de cette belle performance collective et quelques-uns à jouer samedi contre le Japon. Je ne sais pas si c'est une récompense. En tout cas, on ne va pas se poser de question et tout faire pour être performants et apporter un plus à l'équipe de France, en tout cas l'aider. Ce sera notre ambition.

Aviez-vous coché ce match à la U Arena ?
Vous dire non, ce serait mentir. Mais j'étais conscient qu'il y a beaucoup de concurrence en équipe de France, notamment à ce poste de centre. Je savais que ça serait très difficile, mais c'est vrai que quand j'ai appris que ce match se déroulerait à la U Arena, évidemment que je rêvais de pouvoir fouler cette pelouse (il sourit). C'est chose faite, je serai titulaire samedi. Encore une fois, c'est une grande fierté et une grande joie. Maintenant, au-delà du stade, il faudra vraiment se concentrer à être performant sur le terrain et à aider un maximum l'équipe de France.

Chavancy : « Le match piège par excellence »

La Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud constituaient une marche très haute. Contre le Japon, vous serez favoris et la victoire sera impérative. En avez-vous conscience ?
Oui. C'est vrai que les trois derniers matchs se sont soldés par une défaite, donc on aura évidemment à cœur de finir cette tournée de novembre par une victoire, contre une équipe redoutable. Je crois que c'est le match piège par excellence. On a vu les derniers résultats de ces Japonais, on se souvient de leur victoire contre l'Afrique du Sud pendant la Coupe du Monde. Ils ont été capables de mettre trente points à l'Australie récemment, donc on sait que ce sera un match très difficile contre une équipe avec beaucoup de dynamisme, qui se déplace énormément et met beaucoup de rythme dans son jeu. Donc on s'attend à un match difficile, mais effectivement, le maître mot pour nous sera de gagner. Avec la manière, je l'espère. En tout cas, la victoire sera impérative pour nous.

Sentez-vous le groupe déçu de ses dernières prestations ?
Oui, c'est une évidence. On espérait mieux sur cette tournée. Même s'il y a des choses positives, les résultats sont décevants. Au-delà d'être déçus, nous avons la volonté de réagir et de montrer une belle image et une belle équipe de France samedi. Encore une fois, le match sera difficile, mais on a vraiment l'ambition de relever la tête et de montrer de belles choses.

Vous sentez-vous capable d'afficher de nouveau samedi l'insouciance que vous aviez démontrée à Lyon face aux Blacks ?
Je ne sais pas. C'est vrai que lors du match de Lyon, avec cette préparation assez courte, on était conscients que ça allait passer par un état d'esprit vraiment irréprochable et une entraide pendant 80 minutes. C'est ce que l'on a essayé de faire et c'est ce que l'on a fait. Encore une fois, malgré la défaite, on a montré de belles choses, une belle image et une belle solidarité. C'est ce qu'il faudra montrer samedi face au Japon pour battre cette équipe, qui a des atouts redoutables.

Chavancy : « Je ne prends pas ce match comme un fardeau »

Qu'est-ce qu'il manque selon vous à ce XV de France pour enchaîner les victoires ? De la confiance ?
A chaque fois, ça ne se joue pas à grand-chose. Contre l'Afrique du Sud, ça se joue à rien. Contre la Nouvelle-Zélande, si on regarde le premier match, on a une première mi-temps catastrophique, mais sur la deuxième, on a vu que l'on était capable de rivaliser avec cette équipe., même si peut-être qu'ils avaient baissé un peu de pied compte tenu du score. Il ne nous manque pas grand-chose. C'est vrai que l'on se trouve dans une spirale un peu négative et que la confiance est un peu en berne. Mais on a justement pour ambition de réenclencher un cercle un peu plus vertueux et de montrer de belles choses contre le Japon. En tout cas, de tenter des choses et se faire plaisir. Et il faut que cet état d'esprit soit communicatif sur le terrain, et qu'il fasse plaisir à tout le monde.

Avez-vous l'impression de n'être vraiment pas loin ?
Oui, sincèrement, je pense que l'on n'est pas loin. Si on regarde le match contre l'Afrique du Sud, ça se joue vraiment à de petits détails, de petits détails qui sont très importants à ce niveau. A nous de gommer ces détails pour que d'une défaite d'un point face à l'Afrique du Sud on bascule sur une victoire. La confiance, ça va très vite dans les deux sens. Aujourd'hui, on n'en a pas vraiment, mais il en faut peu pour que l'on reparte sur de bonnes bases et une bonne dynamique.

Avez-vous l'impression d'avoir une grosse pression sur ce match contre le Japon ou, au contraire, une grosse carte à jouer ?
Je ne sais pas. En tout cas, je ne prends pas ce match comme un fardeau. Au contraire, je crois que j'ai beaucoup de chance de pouvoir faire partie de cette équipe, et je le prends comme tel, avec beaucoup d'enthousiasme, et j'espère que l'on fera de belles choses. De la pression, on en a à tous les matchs. Il faut que l'on soit conscients que l'on a énormément de chance d'être là, il faut que l'on se fasse plaisir, que l'on se lâche, et que l'on essaye de montrer de belles choses devant notre public.

Comment trouvez-vous cette U Arena ?
C'est un stade que l'on découvre, comme tout le monde le découvrira samedi. C'est vrai que c'est un peu particulier, avec un toit qui ne s'ouvre pas et une pelouse synthétique. J'ai eu la chance de m'y entraîner avec le Racing et d'en fouler la pelouse, et j'ai été rassuré par la qualité de cette pelouse synthétique. Ce sera une belle expérience que l'on vivra tous ensemble samedi. C'est évidemment un stade un peu atypique, mais on y aura une belle ambiance, je pense.

















Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU