Tournoi des 6 Nations - XV de France : Brunel évoque un groupe cohérent

Tournoi des 6 Nations - XV de France : Brunel évoque un groupe cohérent©Media365

Lucas Bertolotto, publié le jeudi 01 février 2018 à 11h13

Le sélectionneur du XV de France Jacques Brunel a expliqué ses choix pour le premier XV de départ qui affrontera l'Irlande ce samedi pour le début du Tournoi des 6 Nations.

Jacques Brunel, vous avez fait plusieurs choix importants dans votre XV de départ, pouvez-vous les expliquer ?

Par rapport au choix des joueurs, tout d'abord au poste de numéro huit, on avait la possibilité entre Kévin Gourdon et Marco Tauleigne, qui ont plus l'habitude de jouer à ce poste-là. Mais Gourdon semble avoir plus d'assurance et d'expérience au niveau international même s'il joue moins dans son club. Au niveau du demi d'ouverture, on pense que Matthieu Jalibert est capable de jouer à à ce niveau donc il n'y a aucune raison de ne pas le titulariser. En ce qui concerne Geoffrey Palis, il a fait un très bon retour en championnat depuis sa blessure et on pense qu'il va nous donner une assurance par rapport au jeu irlandais. Il a un bon pied gauche et il montre beaucoup de choses depuis quinze jours.

Est-ce que des joueurs se sont imposés en tant que leaders durant ces quinze jours ?

Même si au niveau international, ils n'ont pas un grand nombre de matchs et une grande expérience, il y a malgré tout des joueurs pour entourer Matthieu Jalibert. Il y a Maxime Machenaud, qui a beaucoup d'expérience, Rémi Lamerat et Henry Chavancy, qui ont dix ans de Top 14 derrière eux et surtout une assurance grâce à leur parcours.

Qui sera le buteur de ce XV de France version Brunel ?

Le premier buteur sera Maxime Machenaud et ensuite on a Matthieu Jalibert. Il y a aussi éventuellement Geoffrey Palis qui peut buter de loin.

Brunel : « Matthieu Jalibert a la maturité nécessaire »

Pourquoi avoir préféré Maxime Machenaud à Antoine Dupont ou Baptise Serin ?

Parce que depuis plusieurs semaines, il fait de très très gros matchs, donc par rapport à ses performances. Ensuite, il a de la maturité et il peut apporter un équilibre sur la charnière en début de match, prendre ses responsabilités, analyser un peu plus aisément le contexte du match et prendre des initiatives pour libérer l'ouvreur de quelque chose.

C'est une première pour Matthieu Jalibert qui n'a que 19 ans, lui apportez-vous une attention particulière ?

Il est bien entré dans ce groupe, il s'est bien intégré. Il a ses repères et il n'a pas la pression. La pression, c'est quand il a été sélectionné, mais aujourd'hui il est dedans. Il sait qu'il est un prétendant à la titularisation donc il n'y a pas d'incertitudes et je crois qu'il a la maturité nécessaire. Il va sans doute falloir qu'il se prépare un peu car les Irlandais ont dû regarder les cassettes et ils vont s'occuper un peu de lui (sic).

Virimi Vakatawa est titulaire à l'aile, son profil n'est pas plus intéressant au centre ?

Il a joué au centre avec le Racing 92, mais plus régulièrement en tant qu'ailier. Il a la capacité de jouer aux deux postes mais on a fait un choix de prendre quatre trois-quarts centre donc il est plutôt ailier. Cependant, sa polyvalence peut nous aider pendant les rencontres parce que c'est très utile dans une équipe.

En préférant Kévin Gourdon à Marco Tauleigne, faites-vous un sacrifice de puissance ?

Non ce n'est pas lié à ça. C'est l'assurance que peut avoir Gourdon. Il a une intelligence de jeu qui va lui donner les armes pour compenser le manque de puissance. Mais on compte aussi sur Marco Tauleigne, tout comme Paul Gabrillagues et Dany Priso qui nous amèneront de la puissance en fin de match sur une partie dans laquelle on sera encore, je l'espère. Et à ce moment-là, ça aura son intérêt.

Vous attendez-vous à une grosse bataille dans les rucks en choisissant Wenceslas Lauret et Yacouba Camara ?

Oui mais ils ont deux profils différents. Lauret est plus dans le conteste alors que Yacouba est athlétique et porte plus le ballon en étant peut être plus puissant. Il y a un équilibre des deux et ils sont tous les deux très bons sauteurs en touche.

Vous n'avez pas touché à la première ligne de Guy Novès, pourquoi ?

Parce qu'on a des garçons de qualité. Tout d'abord à gauche, les trois profils sont différents, mais ils sont de grande qualité. Eddy Ben Arous aurait aussi mérité d'être sur la feuille parce qu'il a le profil de joueur qu'on veut avoir. C'est à dire costaud en mêlée mais aussi dynamique dans le jeu. Après on a maintenu cette première ligne parce qu'on pense qu'ils sont les trois meilleurs tout simplement.

Brunel : « Le résultat sera déterminant pour nous »

Au niveau de la préparation physique, les joueurs sont plus en forme qu'au mois de novembre ?

Effectivement, celle de l'été a pesé et n'a pas eu les résultats qu'il fallait. Aujourd'hui, il semble qu'ils soient mieux mais on a malgré tout subi divers contre-temps. Depuis l'annonce de la sélection il y a eu les aléas de la compétition, car la plupart des choses sont liées aux dernières rencontres, mais on s'est adaptés avec les joueurs qui sont arrivés.

Quels mots allez-vous employer pour parler aux joueurs avant ce premier match ?

On a tâché de construire une équipe. Même s'il y a des bases assez fortes, il y a pas mal de changements à des postes clés. On a essayé, en quinze jours, de construire un groupe cohérent et des bases sur lesquelles s'appuyer. Des bases relativement simples mais avec un état d'esprit conquérant. On n'est pas favoris, on le sait, mais on espère que ces quinze jours nous aurons construits un état d'esprit qui va nous permettre de rivaliser avec l'Irlande. Il va falloir combattre car l'équipe d'en face à de grandes capacités, donc il va falloir rivaliser sur tous les secteurs et surtout dans la pression qu'ils vont nous mettre. Mais nous aussi on a nos armes, ce sera un combat entre deux équipes qui voudront dominer l'adversaire et j'espère qu'on sera en mesure de faire, au moins, jeu égal.

Est-ce que ce match est d'une importance capitale pour vous, les joueurs et tout le rugby français ?

Bien-sûr qu'il est important ! Bien-sûr que le résultat sera déterminant pour nous ! Il peut créer une confiance qui s'est un peu étiolée sur les derniers mois donc une victoire faciliterait les choses. Mais on veut un contenu de qualité, on veut être là, tout le temps, on sait qu'on n'est pas favoris et qu'ils sont plus en confiance que nous, mais aussi qu'on a une force. On va tâcher de mettre cette force en oeuvre ce week-end.

Vous aviez annoncé des objectifs élevés, après quinze jours de travail, sont-ils toujours les mêmes ?

Je ne change pas d'avis. A savoir être dans la compétition le plus longtemps possible et, si possible, jusqu'au bout. Revenir assez rapidement parmi les meilleurs en Europe, c'est ça notre objectif. C'est notre place, c'est l'ambition qu'on doit avoir, mais il n'y a pas d'objectifs chiffrés pour le moment.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU