Toulon : Boudjellal évoque sa relation avec Laporte

Toulon : Boudjellal évoque sa relation avec Laporte©Media365

Thibault Laurens, publié le mercredi 12 juin 2019 à 11h23

Mourad Boudjellal revient dans La Provence sur sa relation avec Bernard Laporte. Une relation déjà cabossée qui ne s'est pas arrangée après le départ du préparateur physique du RCT Thibault Giroud pour le staff du XV de France. L'emblématique président de Toulon évoque également l'arrivée de Fabien Galthié à la tête des Bleus.

« Il (Bernard Laporte) m'a téléphoné plusieurs fois ; j'ai raccroché, car pour ne pas l'insulter, j'ai préféré ne pas répondre. » Voilà, en l'état et selon les dires de Mourad Boudjellal, comment a évolué la relation entre le président de la Fédération française de rugby et de son homologue toulonnais. Ce dernier, dans une interview publiée ce mercredi dans La Provence, est revenu sur la nature des liens qui unissent deux hommes qui ont collaboré ensemble sur la Rade (2011-2016) : « Je vais le revoir le 4 juillet. On verra si on se fait la bise, si on se serre la main ou si on s'ignore. En tout cas, moi, a priori, je lui ferai la bise », commente-t-il. Malgré ces légères tensions, Boudjellal pense que Bernard Laporte détient des capacités exceptionnelles dans son rôle de patron de la FFR : « Bernard est le meilleur meneur d'hommes que je connaisse. Il est très créatif. Il est animé par une envie incroyable. Mais il a un défaut et ça lui porte préjudice : il doit être moins clanique. »

Boudjellal : « Je n'ai pas de différend avec Laporte »

Alors que les deux hommes sont intimement liés, le départ de Thibault Giroud, préparateur physique de Toulon, vers le XV de France, le tout sans l'accord de Boudjellal, n'a guère été apprécié par le dirigeant varois. Cependant, sur cette affaire, le natif d'Ollioules, ne tient pas le patron de la FFR comme responsable : « Je n'ai pas de différend avec lui, mais avec le petit personnel de la Fédé, qui n'a pas été très fair-play. C'est différent (...) La façon dont ça s'est passé (le départ de Giroud) ne m'a pas plu.  Si on m'avait dit « Je veux ton préparateur physique. Est-ce que tu le libères ou est-ce qu'on te le prend ? », j'aurais peut-être dit « Je te le libère ». Mais si on me dit « Si tu ne le libères pas, on ne te le prend pas », il ne faut pas le faire quand même. » Quant au départ de Thibault Giroud vers le XV de France, Boudjellal n'a pas hésité à tancer son ancien préparateur : « Il est bon, c'est sûr. Mais il peut être très dangereux. Vous le verrez. »

Boudjellal : « Galthié, il peut être l'homme de la situation »

En raison de ses méthodes de fonctionnement et de ses résultats, le XV de France semble cristalliser tous les maux qui sévissent actuellement dans le rugby français. Alors que se profile une Coupe du Monde (20 septembre - 2 novembre) dans un contexte particulier (présence de Fabien Galthié en tant qu'adjoint de Jacques Brunel, le sélectionneur, avant de prendre sa succession après le Mondial), Boudjellal estime que l'arrivée de Galthié est une bonne chose pour les Bleus : « C'est l'un des meilleurs techniciens français. Il s'est très bien entouré. Avec une sélection, il peut être l'homme de la situation, parce qu'il n'aura pas à gérer le quotidien des joueurs. Mais du coup, qui va jouer ce rôle dans le staff ? De toute façon, ce sera tout noir ou tout blanc (...) En tout cas, si ça part en baston générale, ce sera compliqué de recoller les morceaux pour Bernard Laporte ». D'autant que ses détracteurs, à l'image de la liste d'opposition menée par Florian Grill et Serge Blanco, l'attendront sans aucun doute au tournant pour le détrôner.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.