Pour Accoceberry , on a " sur le sol français de la qualité au niveau des joueurs, des éducateurs et des dirigeants "

Pour Accoceberry , on a " sur le sol français de la qualité au niveau des joueurs, des éducateurs et des dirigeants "©Media365
A lire aussi

Thibault Laurens, publié le lundi 25 mars 2019 à 16h00

Ancien demi de mêlée du XV de France, Guy Accoceberry a livré son ressenti sur l'état du rugby français et notamment la possibilité d'introniser un entraîneur étranger à la tête des Bleus. Une « très bonne solution » selon lui, mais qui serait tout de même dommageable au vu du nombre d'entraîneurs français de qualité.

Après avoir vivement critiqué le Tournoi des 6 Nations réalisé par le XV de France, ciblant notamment « un secteur offensif proche du néant », Guy Accoceberry (51 ans) a balayé l'actualité du paysage rugbystique français. Entre autres, l'ancien demi de mêlée international (19 sélections) a commenté l'arrivée d'un potentiel sélectionneur étranger à la tête du XV de France, tout en se montrant prudent à ce sujet. « Ça peut être une très bonne solution. Ce que je crains le plus, c'est que les clubs du Top 14 souhaitent encore moins communiquer qu'avec un entraîneur français. Après, en France on a un vivier de joueurs, d'entraîneurs, d'anciens joueurs ... Le rugby on sait le jouer, on le connaît autant que les All Blacks. On l'a prouvé pendant des années et des années. On a sur le sol français de la qualité au niveau des joueurs, des éducateurs et des dirigeants » a déclaré l'ancien joueur de Bordeaux-Bègles dans une interview pour France 3 Nouvelle-Aquitaine.

Accoceberry : « La France doit se donner les moyens d'être championne du monde »

Mais alors que Jacques Brunel restera bien évidemment le sélectionneur qui mènera les Bleus lors de la Coupe du Monde au Japon (20 septembre - 2 novembre), le XV de France ne doit pas se focaliser uniquement sur cette échéance. Pour Accoceberry, l'objectif demeure la Coupe du Monde 2023. « En 2023, la France accueille la Coupe du Monde. Elle va être l'accueillir seule, c'est la première fois et tout va se passer chez nous. Prenons l'exemple du foot. En 98, ils ont été champions du monde. On doit l'annoncer mais par contre, la France doit se donner les moyens d'être championne du monde. » Mais avant de figurer sur le toit du monde, le XV de France devra régler au mieux les différents maux qui le gangrène. Un combat qui, à l'heure actuelle, s'annonce bien compliqué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.