Macron : "Débrouillez-vous pour ramener la coupe à la maison !"

Macron : "Débrouillez-vous pour ramener la coupe à la maison !"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le lundi 14 décembre 2020 à 21h05

Le XV de France est prévenu : habitué au succès après le Mondial 2018 des footballeurs, Emmanuel Macron ne veut rien de moins qu'un premier sacre pour les rugbymen dans un peu moins de trois ans, à domicile.



Emmanuel Macron était présent à l'occasion du tirage au sort du Mondial 2023, lundi. Il en a profité pour mettre un petit coup de pression - très amical, bien sûr - au XV de France : "J'irai à Marcoussis l'année prochaine, je m'y suis engagé. Sinon, j'ai calculé que nous étions en finale tous les douze ans, donc ne faites pas moins. Mais cette fois, on est à la maison, alors débrouillez-vous pour la ramener ! Ce sera un anniversaire important du rugby, puisqu'il s'agira de la dixième Coupe du Monde. On sera derrière vous, enthousiastes et exigeants." Une preuve de l'attractivité retrouvée de nos Bleus. Et des bonnes statistiques du Président de la République, puisque l'équipe de France a effectivement disputé et perdu trois finales.

"Offrir au monde tout ce qu'on a envie de revivre"

En 1987, les Bleus se sont inclinés en Nouvelle-Zélande face aux All Blacks, exactement comme en 2011 (29-9 et 8-7), perdant également en 1999 face à l'Australie, en Angleterre (35-12) - le score moyen du XV de France en finale mondiale est donc une défaite 24-9. Le chef de l'Etat a aussi adressé une pensée à Christophe Dominici, qu'il a lui-même surnommé "Domi".


Tout en faisant part de ses immenses espoirs pour l'avenir grâce à l'organisation de cette compétition : "On a déjà organisé un Mondial masculin et un féminin, on a un savoir-faire. La France est un pays d'amour du rugby, sur tout le territoire. Ce sera l'apothéose de l'art de vivre à la française, pour offrir au monde tout ce qu'on a envie de revivre, du partage et de la convivialité, la fête et la culture aussi... Enfin, 2 023 apprentis seront préparés afin de faire profiter toutes les filières, de bâtir l'avenir grâce à cet événement. Un an avant 2024, c'est une façon de mobiliser nos jeunes. Il y a beaucoup de pression, mais aussi d'enthousiasme."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.