Guy Novès n'a pas aimé les interventions de Serge Simon et Bernard Laporte " dans son dos "

Guy Novès n'a pas aimé les interventions de Serge Simon et Bernard Laporte " dans son dos "©Media365
A lire aussi

Matthieu Angosto, publié le mercredi 31 janvier 2018 à 16h44

Un mois après avoir été licencié du poste de sélectionneur du XV de France, Guy Novès estime dans les colonnes du Parisien que le président et le vice-président de la FFR ne lui ont pas facilité la tâche.

Engagé devant le tribunal des Prud'hommes, Guy Novès espère simplement « défendre honneur, et ne pas décevoir ceux qui [lui ont] exprimé leur soutien ». L'ancien entraîneur du Stade Toulousain vit très mal le fait d'être le seul sélectionneur du XV de France limogé au bout de deux ans. Un mois plus tard, il explique au Parisien comment des ingérences ont rendu sa mission plus difficile : « Cela a été violent comme une agression qui est arrivée dans mon dos. Les interventions de Serge Simon [...] ont altéré l'efficacité de mon discours. Comme quand il a souhaité parler aux joueurs après un match en Afrique du Sud, ou lorsqu'il a autorisé deux joueurs du Stade Français à quitter le groupe alors que j'avais dit le contraire... [...] Cela a sapé mon autorité ». Mais le vice-président de la FFR n'est pas le seul dans la ligne de mire de Novès. Le président, Bernard Laporte, a également sa part de responsabilité : « En Afrique du Sud, devant tous les joueurs, Bernard Laporte a dit qu'il comprenait les difficultés, qu'il les avait lui-même connues en tant que sélectionneur. Mais ce discours devenait très ambigu face aux médias ». Une mésentente avec la Fédération qui a mené à l'éviction de Guy Novès. Pour autant, ce dernier « souhaite aux joueurs de faire le meilleur Tournoi possible ». Les Bleus débuteront leur Tournoi contre l'Irlande, ce samedi.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU