Guirado : "Nous étions devenus la risée"

Guirado : "Nous étions devenus la risée"©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 28 mars 2022 à 10h54

Ancien capitaine du XV de France, Guilhem Guirado revient sur le sacre des Bleus dans le Tournoi, avec une équipe qui compte beaucoup plus de leaders qu'à son époque.



Après douze années de disette, le XV de France a donc fini par remporter à nouveau le Tournoi des 6 Nations, et le Grand Chelem en prime, en dominant successivement l'Italie (37-10), l'Irlande (30-24), l'Ecosse (36-17), le pays de Galles (13-9) et l'Angleterre (25-13). La consécration d'une génération dorée emmenée par Antoine Dupont, élu meilleur joueur du Tournoi après avoir été désigné meilleur joueur du monde quelques mois plus tôt. Le Toulousain, qui a récupéré le brassard de capitaine suite à la grave blessure de Charles Ollivon, est le symbole de cette équipe de France qui compte de nombreux leaders, contrairement à ses prédécesseurs. Ce que confirme l'ancien capitaine tricolore Guilhem Guirado, sélectionné à 74 reprises entre 2008 et 2019.

"Je me suis parfois senti isolé"

"Peut-être que certains n'avaient tout simplement pas cette exigence du haut niveau. Et puis, peu de joueurs étaient capitaines dans leur club. La situation était vraiment différente. Je me suis parfois senti isolé dans ce rôle de leader. (...) Je ne dirai pas que j'étais seul car j'avais tout de même des relais, mais ils étaient beaucoup moins nombreux qu'aujourd'hui, constate dans les colonnes de Midi-Olympique le talonneur montpelliérain de 36 ans, qui dispute sa dernière saison. Je ne sais plus combien de matchs nous avons perdu dans les dix dernières minutes, mais nous étions devenus la risée de tout le monde. C'était lié au contexte, évidemment, mais aussi probablement en raison d'un manque de leadership de la part des joueurs. J'avoue que ce fut parfois difficile à vivre. Certains sont encore en équipe de France aujourd'hui et je vois bien que cette période-là leur est précieuse. Je sens qu'ils n'ont plus envie de vivre de tels moments. Et tant mieux." Et ces Bleus ne comptent pas s'arrêter là, eux qui sont déjà tournés vers la Coupe du monde à domicile de l'an prochain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.