Bleus : Le mea culpa de Médard

Bleus : Le mea culpa de Médard©Media365
A lire aussi

Alix Vermande, publié le mardi 12 juin 2018 à 16h56

L'arrière du XV de France, Maxime Médard est revenu sur sa prestation en demi-teinte lors du premier test-match face à la Nouvelle-Zélande, samedi.

Après deux ans d'absence au sein de l'effectif du XV de France, Maxime Médard a fait le bilan de sa performance face aux All Blacks (52-11), de même que celle de son équipe en conférence de presse. Pour commencer, le Toulousain est revenu sur l'après-défaite, un moment toujours difficile à négocier où sont analysés les éléments qui ont dysfonctionné : « Dès hier (lundi), on s'est remis au travail pour essayer de comprendre ce qui n'a pas fonctionné et mettre des choses en place pour le deuxième test. On doit notamment clarifier nos sorties de camp, notre système défensif et notre jeu dans les vingt-deux mètres adverses ». Ainsi, l'arrière français a lui aussi ciblé le secteur de jeu qui a fait défaut aux Bleus : « La défense. On a besoin de jouer ensemble. Samedi, chacun a fait la sienne (d'erreur). À titre perso, je dois être hyper concentré, parce qu'à tout moment le 9 adverse peut jouer rapidement une pénalité ou le 8 une touche rapide ».

« J'ai fait des erreurs, comme tout le monde »


À titre personnel, le joueur du Stade Toulousain est revenu sur sa prestation mitigée contre les All Blacks, notamment le plaquage manqué sur Laumape sur l'action du sixième essai des Néo-Zélandais. « Quand tu prends cinquante points, c'est qu'il y a des choses à revoir, tant collectivement qu'individuellement. J'ai fait des erreurs, comme tout le monde. Si j'avais plaqué plus bas, j'aurais eu plus de chances de l'arrêter. Je suis le dernier défenseur, je dois m'appliquer à bien défendre, je n'ai aucune excuse là-dessus. Cette action m'a hanté quelques heures ou quelques jours, mais voilà, ça fait partie du jeu, c'est un mauvais plaquage, une mauvaise technique ». Un manque d'ajustement donc pour le Tricolore qui faisait son retour sous le maillot de la sélection nationale.

« Est-ce que ça va me flinguer si je passe à côté ? »


Ainsi, Maxime Médard joue sans doute sa dernière carte avant la Coupe du monde 2019 au Japon même s'il pense qu'une erreur ne peut pas être rédhibitoire : « Est-ce que ça va me flinguer si je passe à côté ? Non, dans le rugby et dans le sport, tout peut aller très vite. J'essaie d'être bon, d'amener au mieux mon expérience et de donner tout ce que je peux à mon équipe. J'essaie d'être positif, de donner un maximum aux jeunes. Mon objectif, c'est la Coupe du monde au Japon ». Des envies de terres nippones donc tout en avouant qu'une participation à un Mondial en France en 2023 serait excitant mais utopique. « Après, quatre ans plus tard, je serai sûrement en vacances, à regarder le rugby de loin. Non, pour être plus sérieux, j'ai surtout l'ambition d'être bien dans ce groupe, de construire avec cette équipe et ce staff pour participer au Mondial au Japon ». Mais avant de rejoindre le pays du Soleil Levant, il ne va pas falloir se coucher devant l'obstacle néo-zélandais, samedi, à Wellington.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU