Affaire FFR : Prison avec sursis pour Laporte, interdit d'exercer dans le rugby pendant deux ans

Affaire FFR : Prison avec sursis pour Laporte, interdit d'exercer dans le rugby pendant deux ans©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le mardi 13 décembre 2022 à 14h36

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte à deux ans de prison avec sursis et une interdiction d'exercer toute fonction en lien avec le rugby pendant deux ans. Le président de MHR Mohed Altrad est lui aussi condamné à de la prison avec sursis, alors que Serge Simon, vice-président de la FFR, est acquitté.


Le verdict est tombé pour Bernard Laporte, Mohed Altrad et Serge Simon ! Près de trois mois après la fin du procès, où de la prison ferme avait été requise contre le président de la Fédération française de rugby et le président du club de Montpellier, le tribunal correctionnel de Paris a finalement décidé de les condamner à de la prison avec sursis pour corruption passive, trafic d'influence, prise illégale d'intérêts, recel d'abus de biens sociaux et abus de biens sociaux : 24 mois pour Laporte (58 ans), 18 pour Altrad (71 ans). Serge Simon, vice-président de la FFR, est quant à lui relaxé du chef de prise illégale d'intérêts. Si Laporte et Altrad échappent à la prison, ils devront tout de même s'acquitter d'une grosse amende : 75 000 euros pour l'ancien sélectionneur des Bleus et 50 000 euros pour le propriétaire du groupe de production de matériel de BTP. Mais surtout, Bernard Laporte s'est vu infliger une interdiction d'exercer toute fonction en lien avec le rugby. Cela signifie donc que le président réélu en octobre 2020 devra quitter son poste, mais il a décidé de faire appel, et l'appel est suspensif. Celui qui est également vice-président de World Rugby depuis mai 2020 conservera donc ses fonctions jusqu'au prochain verdict.

Des prochains mois agités à la FFR

Le cas Claude Atcher, ancien président du comité d'organisation de la Coupe du Monde 2023 (écarté en raison de son comportement avec ses employés), était également étudié lors de ce procès. Il a été relaxé du chef d'accusation d'abus de confiance (tout comme Laporte) mais condamné à 10 000 euros d'amende pour travail dissimulé. Les prochains mois promettent donc d'être agités à la tête du rugby français suite à cette interdiction faite à Laporte d'exercer dans le rugby. Tout dépendra de la date du procès en appel, sachant que les prochaines élections à la tête de la FFR sont prévues pour l'automne 2024... et la Coupe du Monde en France dans dix mois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.