Tournoi des 6 Nations - XV de France : Une victoire batie sur la défense

Tournoi des 6 Nations - XV de France : Une victoire batie sur la défense©Media365

Nicolas Kohlhuber, publié le dimanche 02 février 2020 à 23h22

Si le XV de France a su battre l'Angleterre lors de la première journée du Tournoi des 6 Nations (24-17), c'est notamment grâce à une défense intraitable. Disciplinés et solidaires, les Bleus n'ont commis aucune erreur.



DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU STADE DE FRANCE

1988. Ce dimanche au Stade de France, c'est la première fois depuis 1988 que l'Angleterre n'est pas parvenue à marquer le moindre point avant la mi-temps d'un match du Tournoi. Cette statistique prouve que le XV de France a été héroïque en défense. Si l'efficacité offensive tricolore est à saluer dans cette rencontre, que dire du travail défensif. Il a été la base de l'incroyable succès des Bleus dans le Crunch (24-17). Longtemps, le XV de la Rose s'est heurté à une défense intraitable. C'est à la 56eme minute que l'Angleterre a débloqué son compteur alors que les coéquipiers de Romain Ntamack avaient déjà 24 points d'avance. C'était trop tard. Et surtout insuffisant. Le collectif anglais n'a jamais trouvé la parade à la stratégie bâtie par Shaun Edwards, le nouvel entraîneur de la défense française. Seul Jonny May a réussi à faire la différence sur deux exploits individuels. Un constat qui prouve qu'une fois en place, le rideau français est en béton armé. « L'équipe a fait preuve de beaucoup de solidarité quand la possession était anglaise. On est resté en place sur les temps forts anglais. On a su tenir le bras de fer et même le renverser à de nombreuses reprises pour gagner des ballons » a savouré Fabien Galthié en conférence de presse.


Les vice-champions du Monde ont eu la possession et l'occupation territoriale en leur faveur. Mais ils n'ont pas su quoi en faire face à un bloc tricolore très bien en place. Dans les duels, le plaqueur français avait constamment l'avantage grâce au soutien permanent dont il pouvait bénéficier. Cet apport se traduit au niveau des statistiques. Dans le XV aligné par Fabien Galthié au coup d'envoi, douze joueurs ont réalisé huit plaquages ou plus. Du côté anglais, ils ne sont que quatre à atteindre ce total. Un différentiel chiffré qui s'est traduit au niveau de l'agressivité sur le terrain. Les joueurs français ont plaqué en avançant. Même quand l'Angleterre était à quelques mètres de l'en-but français, les partenaires de Gaël Fickou sont restés méthodiques avec des montées agressives mais disciplinées. Les plaquages propres se sont succédés jusqu'à ce que les Anglais perdent le ballon sous la pression d'Antoine Dupont & co. Pour varier le jeu, les hommes d'Eddie Jones ont eu beau tenter de passer par le jeu au pied, ils sont toujours tombés sur un joueur français. Le terrain était bien quadrillé, la garde, impériale. Les Français ont su pousser les coéquipiers d'Owen Farrell à la faute même quand ces derniers semblaient être en position de force. De quoi écœurer les visiteurs. « On a montré un bon état d'esprit, tout le monde a fait des plaquages, tout le monde a défendu comme des chiens jusqu'au bout et le résultat est là » a apprécié Gaël Fickou, le capitaine de la défense. La patte Shaun Edwards a été remarquée dès le premier match de l'ère Galthié. Aux joueurs du XV de France de la rendre remarquable pour les années à venir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.