Tournoi des 6 Nations (J1) : Solides et solidaires, les Bleus ont pris le meilleur sur l'Angleterre

Tournoi des 6 Nations (J1) : Solides et solidaires, les Bleus ont pris le meilleur sur l'Angleterre©Media365
A lire aussi

Nicolas Kohlhuber, publié le dimanche 02 février 2020 à 17h59

Pour la première de l'ère Galthié, les Bleus sont allés chercher la victoire face à l'Angleterre sur la pelouse du Stade de France (24-17). Un succès marqué du sceau de la solidité et de la solidarité.



DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU STADE DE FRANCE

Courageuse et insouciante, l'équipe de France a parfaitement commencé son Tournoi des 6 Nations. Dans le sillage de Charles Ollivon, auteur d'un doublé, les hommes de Fabien Galthié ont pris le meilleur sur les vice-champions du monde anglais (24-17). Après une première période quasiment parfaite, les Bleus ont su tenir là où il y a quelques mois, ils auraient craqué. Tout n'a pas été parfait, notamment en mêlée ou sur les touches mais ce résultat valide les progrès d'un effectif qui a encore tant à apprendre du rugby international. Comme souvent ces derniers mois, le début de match français a été d'une efficacité remarquable. Peu après la cinquième minute de jeu, Teddy Thomas réalise sa première percée du match. Il est stoppé par la défense anglaise à 10 mètres de l'en-but. Mais les Français ne lâchent rien et c'est finalement Vincent Rattez qui arrive à marquer le premier essai du match. L'ailier a profité d'une belle passe croisée de Romain Ntamack pour s'ouvrir le chemin de l'en-but. Le numéro 10 français transforme l'essai et permet aux Bleus de bien lancer la rencontre (7-0, 5eme).

L'arbitrage vidéo donne de l'air aux Bleus

Solide défensivement, l'équipe de France cherche à faire le jeu contre des Anglais en difficulté. Sous une pluie anglaise, ils débordent les hommes d'Eddie Jones. La France occupe bien le camp du XV de la Rose et revient à cinq mètres de l'en-but quand Teddy Thomas se montre le plus vif à la réception d'un coup de pied de Romain Ntamack. La défense des vice-champions du monde empêche l'essai mais pas la faute. Le buteur français en profite pour passer une pénalité excentrée et offre trois points de plus aux Bleus (10-0, 15eme). A la 20eme minute, la France prend le large grâce à Charles Ollivon. Sur un renvoi français qui est contré, le capitaine français est à la lutte avec Courtney Lawes. Le ballon revient dans les bras de Vincent Rattez qui lance Ollivon du milieu de terrain vers l'en-but. Il profite d'une défense anglaise qui s'était arrêtée de jouer car elle pensait à un en-avant. Après consultation de l'arbitre vidéo, Nigel Owens valide bien l'essai français et Romain Ntamack offre 17 points d'avance au XV de France (17-0, 20eme). Solide et solidaire, le XV de France conserve ce score jusqu'à la pause. Dans un temps un peu moins fort mais pas non plus faible, les coéquipiers de Gaël Fickou défendent en avançant sur chaque impact pour faire le travail. Ils obligent le XV de la Rose a prendre des risques avec un jeu au pied inefficace. Les Bleus sont à la réception de chaque ballon.


Le mental français a tenu

Les Tricolores en tête à la pause, c'est une habitude. C'est arrivé lors de dix des douze derniers matchs de l'équipe de France. Le véritable test était de préserver cette avance au retour des vestiaires. Le test a failli être raté d'entrée sur une touche mal négociée. Mais, malgré les nombreux temps de jeu anglais au près, les hommes de Fabien Galthié résistent. C'est finalement Virimi Vakatawa, bien aidé par Anthony Bouthier, qui donne de l'air au Stade de France en faisant sauter le ballon des mains d'un Jonathan Joseph qui se voyait déjà dans l'en-but. Cette action symbolise le caractère de cette équipe de France. Dans chaque duel, le soutien défensif est là, le courage aussi. Après dix minutes à faire le dos rond, l'équipe de France repart de l'avant. Et la première vague bleue de la seconde période termine dans l'en-but grâce à Charles Ollivon. Pour inscrire un doublé, il prend l'intérieur pour convertir en essai un bon travail d'Antoine Dupont le long de la ligne de touche. Comme depuis le début du match, Romain Ntamack assure au pied et transforme (24-0 55eme). Ce troisième essai de la partie provoque un début de bagarre. Et un semblant de réaction anglaise. Jonny May en utilisant son jeu au pied à deux reprises arrive à atteindre l'en-but français. Owen Farrell transforme (24-7, 58eme). L'Angleterre prend le dessus dans les mêlées et les esprits s'échauffent. En panne collectivement, le XV de la Rose peut s'appuyer sur les exploits individuels de Jonny May. L'ailier s'offre un doublé peu après l'heure de jeu et relance la rencontre (24-14, 65eme). Un élan qui aurait pu être coupé rapidement quand Vincent Rattez intercepte une passe au milieu de terrain et pense pouvoir filer à l'essai. Mais l'ailier français commet un en-avant. Les Bleus ne contrôlent plus vraiment le match. Mais avec la pluie qui redouble d'intensité, aucune équipe ne maîtrise réellement le ballon. L'Angleterre domine et insiste. Mais le mental français tient. Dans les cinq dernières minutes, Gregory Alldritt, Antoine Dupont ou Anthony Bouthier jouent les sauveurs et repoussent chaque offensive anglaise. Owen Farrell a beau passé une pénalité, c'est trop tard (24-17). Le Stade de France peut exulter, au courage l'équipe de France termine la rencontre avec l'avantage au score et lance parfaitement son année 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.