Tournoi des 6 Nations - Irlande : Sexton raconte son drop

Tournoi des 6 Nations - Irlande : Sexton raconte son drop©Media365
A lire aussi

Lucas Bertolotto, publié le lundi 05 février 2018 à 12h09

Dans une interview accordée à Midi Olympique, Jonathan Sexton a raconté son drop à la dernière seconde du match entre l'Irlande et la France.

Quarante-cinq mètres, quatre-vingt-troisième minute de jeu, l'ouvreur Jonathan Sexton reçoit le ballon et tente un drop pour offrir la victoire à l'Irlande face au XV de France. Une prise de risque maximale, payante malgré les crampes, l'échec sur une pénalité et les conditions météorologiques. Le reste du scénario, vous le connaissez déjà. Le XV du Trèfle s'impose 15-13 et enlève aux Bleus leur premier succès depuis près d'un an. Mais que se passe-t-il dans la tête du maître à jouer irlandais au moment de taper dans le ballon ? Dans une interview accordée à Midi Olympique, le numéro dix du Leinster est revenu sur ce geste exceptionnel. A commencer par la dernière possession des siens, une fois la sirène passée : « Le banc de touche nous avait donné pas mal d'énergie. On se sentait bien. On se savait capables de multiplier les temps de jeu sans vraiment craindre pour la possession. Nous avons été patients. » Après plusieurs tentatives, Sexton a choisi de renverser le jeu en envoyant un coup de pied risqué vers son ailier : « La défense française était en place. Nous devions trouver un moyen d'entrer dans leur moitié de terrain et je n'ai trouvé que celui-là. Keith Earls est en feu en ce moment. Je me doutais qu'il pouvait prendre le dessus sur Virimi Vakatawa. Pour moi, l'ailier des Français n'irait pas au contest : il ne voudrait pas prendre le risque d'être pénalisé. »Sexton : « Je me suis dit que le moment était venu de tenter ce drop »La difficulté des avants de Joe Schmidt à trouver des ouvertures oblige le demi d'ouverture à faire un choix : « Dès que la ligne de quarante mètres est entrée dans mon champ de vision, je me suis dit que le moment était venu de tenter ce drop. Conor Murray me côtoie en équipe nationale depuis sept ans. Il connaît le langage de mon corps et sait à quel moment me donner la balle. Je crois que les Français s'attendaient à ce que l'on poursuive avec les avants, au près. Au moment où je tape, je n'ai donc pas beaucoup de pression. Je revois juste Camara, un peu loin... Ils n'étaient pas préparés à ça. » Sexton met alors son plan à exécution, mais il ne retient aucun souvenir précis de ce moment : « Aujourd'hui, tout le monde demande ce que j'ai ressenti. Mais c'est bizarre, en fait. Car tout ce qui se passe à cet instant précis ne reste pas gravé dans ma mémoire. Je vois l'avant, l'après, mais pas le moment. » L'après, justement, c'est un moment de doute pour l'Irlandais : « Quand le ballon quitte mon pied, je me dis aussitôt que je n'aurai jamais la distance. J'étais loin, je regardais l'écran géant, j'attendais que Nigel Owens fasse un geste. Je n'ai rien vu. Puis les gars ont tous couru vers moi. J'ai compris que c'était gagné. »

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
10 commentaires - Tournoi des 6 Nations - Irlande : Sexton raconte son drop
  • Les Irlandais ont des joueurs d'exception tel Sexton, capables d'analyser une situation et de prendre des risques, l'équipe de "france" non. Que des bourrins style bélier, tu fonces tête baissée. Le jeu aujourd'hui se réduit à cela, défi physique, tu exploses le mec en face. Les irlandais le font aussi pour provoquer des fautes, mais eux ont la capacité de garder le ballon sur de longs temps de jeu.

    Tu vas la fermer espèce de traitre , mais tu dois être un rosbif , ou un britannique , sans éthique ,sans morale , un pays de tricheurs dans tous les sports , degage

    Attention cher môssieur, l'abus de certains breuvage est dangereux pour la santé!

  • Il fallait le faire exploser en plein match , comme ils ont fait à Jallibert et Dupond , on est devenu des poules mouillées , ne parlons plus de coq , et il nous manque NOVES ,NOVES ,NOVES .

    belle preuve de sportivité. Dupont se blesse tout seul et pour cet un incident de jeu ,Jalibert il n'y a pas d'intention de le blesser. Lamentable ce genre de comportement!

    IL fallait surveiller sexton , lui envoyer des squds , des gifles , les doigts dans les yeux à l'ancienne , lui marcher dessus , lui tomber dessus , à la fin du match soit il était sorti soit il se cache . On l'avait fait les autres années , mais on n'a pas un entraineur on a une danseuse . Ne croyez pas que les blessures de jalibert et dupond , sont le fruit du hasard , le naïf peuimporte507 est une pipe !

    délirant, voir inquiétant. Vous devriez consulter en urgence!!!

  • Vous pouvez un peu lâcher le jeune Belleau ??? Parce que...........Et si Jalibert ne s 'était pas blessé.... Et si Dupont ne s 'était pas blessé ....et si Chavancy avait joué ....et si l 'équipe avait eu bonne une deuxième ligne .....et si l 'équipe n 'avait pas eu un deuxième qui a fait des fautes de cadet qui ont couté 6 points ......et si Belleau n 'avait pas manqué la pénalité ......et si Sexton avait manqué son drop .....et si l 'équipe avait joué les quelques ballons .......et si ...et si...et si...et si ...et si...
    Et si ma tante en avait ....

  • Avant le drop il y a surtout l'intelligence collective des irlandais qui ,,après la pénalité ratée par BELLEAU ,ce sont mis en situation de récupérer le ballon après le renvoi aux 22m. A mon avis le match c'est joué sur cette action . Comme quoi des attitudes collectives intelligentes ....

  • C'est clair:la pénalité manquée nous prive de la victoire.Mais la méritions-nous avec nos avants mal dirigés par le capitaine,indisciplinés dans leur moitié de terrain et un Vakatawa ,mal à l'aise dans des conditions climatiques qui ne lui conviennent pas.Cela dit ,Dupont avait été manifestement ciblé par ces vicieux et malins irlandais,et ils ont fait ce qu'il fallait pour qu'il ne les ridiculisent pas en lançant une deuxième fois vers le large le génial Teddy Thomas...En tout cas,bravo aux racingmen,malgré l'inefficacité de Vakatawa:ce n'est pas un hasard s'ils sont si bien classés en TOP 14.Et dommage pour le courage de tous,point vraiment positif:il faut continuer avec un groupe solidaire et battant,un talonneur explosif et des avants plus disciplinés, en cessant de changer de joueurs à la "va comme je te pousse"après chaque défaite!Les irlandais ont une structure qu'ils ne changent pas tant que l'âge n'a pas atteint leur rendementEt il y aura il y aura toujours chez eux des O'Gara et des Sexton...Le Racing les avaient bien repérés,ces deux-là!!!