Tournoi des 6 Nations - Bonneval : " Les Écossais peuvent être plus dangereux que les Irlandais "

Tournoi des 6 Nations - Bonneval : " Les Écossais peuvent être plus dangereux que les Irlandais "©Media365

Lucas Bertolotto, publié le jeudi 08 février 2018 à 17h43

Eric Bonneval n'a affronté l'Ecosse qu'à une seule reprise au cours de sa carrière internationale. Mais quelle prestation ! L'ancien ailier du XV de France se souviendra toujours de ce 7 mars 1987, le jour où il a mis un triplé face au XV du Chardon. Désormais consultant sur beIN Sports, le père d'Hugo, arrière international, et d'Arthur, trois-quarts du Stade Toulousain, évoque le prochain déplacement des Bleus dans le Tournoi des 6 Nations.

Eric Bonneval, le XV de France va affronter l'Ecosse ce dimanche pour son deuxième match du Tournoi, quel souvenir pour vous !Je peux difficilement le gommer celui-là (rires). C'était notre troisième match, on était en train de trouver nos marques et on avait battu la Nouvelle-Zélande en novembre. On venait de battre les Anglais chez eux en signant une grosse progression après une prestation moyenne au pays de Galles, malgré la victoire. On recevait des Écossais très joueurs, avec une grosse équipe, ils étaient très costauds. On a fait un match plein, certainement notre match référence. Il se trouve que j'ai marqué trois essais donc c'était que du bonheur.Vous aviez reçu le XV du Chardon alors que la France se rend à Murrayfield dimanche, c'est un réel handicap selon vous ?En ce moment, pour les Français, je ne suis pas sûr. Ils auront moins de pression. A domicile, on a encore moins le droit à l'erreur et je crois, qu'en ce moment, l'équipe de France ne doit pas réfléchir si elle joue à l'extérieur ou non. Son but est seulement de mettre en place un jeu cohérent, qui fonctionne. Sur le premier match, il y a un truc qui a bien fonctionné, c'est la défense ! Maintenant que ça c'est fait, il faut ajouter autre chose car on ne peut pas faire que défendre au rugby.Bonneval : « Teddy Thomas peut aller très loin dès qu'il a un espace »Vous évoquez le match précédent, la défaite face à l'Irlande, comment avez-vous trouvé les Bleus ?Si on m'avait dit qu'ils pouvaient gagner à dix minutes de la fin, je n'y aurais pas cru ! J'ai vu une équipe qui n'avait pas le ballon mais qui défendait bien, qui commettait quelques fautes gratuites en étant sous pression mais qui était bien en place. Sauf qu'il faut quand même marquer des essais. Ce n'est pas possible d'y arriver avec seulement deux passes ou grâce à un exploit individuel. Je l'espère mais cela me paraît compliqué d'y arriver à chaque fois. Il faut ajouter un ingrédient de plus, selon moi.Teddy Thomas et Virimi Vakatawa n'ont pas vécu le même match samedi, qu'avez-vous pensé de leurs prestations ?Lorsque vous êtes ailier et que vous ne touchez qu'un demi-ballon avant que trois défenseurs ne vous tombent dessus, c'est compliqué. Virimi Vakatawa vient souvent au près, chercher des ballons, tenter des crochets, mais il se coupe parfois du soutien. Il joue comme au rugby à sept sauf qu'il y a moins d'espaces à quinze. C'est un jeu moins académique, avec un problème majeur par rapport aux défenses adverses, très organisées. Il casse les lignes, mais il va moins vite que d'autres ailiers comme Teddy Thomas par exemple, qui peut aller très loin dès qu'il a un espace. De plus, quand il n'y a aucun jeu d'attaque, aucun mouvement, c'est compliqué.Bonneval : « Il ne faudra pas leur laisser le ballon »Selon vous, quelle sera la plus grosse difficulté face à l'Ecosse ?Ce sera de leur confisquer le ballon. Ils ont pris 34 points face au pays de Galles mais ils ont été très entreprenants. Ils en ont même peut-être un peu trop fait en gâchant beaucoup d'occasions. Ils ont été dominateurs mais ils se sont fait punir à chaque fois. Ça veut dire qu'ils ont les moyens de prendre le jeu à leur compte face à de grosses équipes. Si on leur laisse le ballon, c'est une équipe qui jouera plus que l'Irlande, ça ira plus vite. On connaît le jeu de l'Irlande, on sait ce qu'ils vont faire, c'est la perfection. Les Écossais, il ne faudra pas leur laisser le ballon, il va falloir mettre une autre arme à notre jeu. On est passé d'une équipe de France qui franchissait beaucoup, avec de nombreuses passes après contact, à une équipe qui en fait moins que les Irlandais.Est-ce possible d'ajouter cette arme ? De mettre en place un style offensif aussi tôt ?Les joueurs savent le faire. Ils ne sont pas nouveaux, la plupart était déjà là lors des rassemblements précédents. Ils savent tous jouer au rugby. Mais il faut avoir le ballon et des lancements de jeu. On a un collectif défensivement, maintenant il faut l'avoir offensivement, pour jouer dans le même sens. J'espère qu'ils vont trouver des solutions sans laisser tomber la défense, il faut trouver un équilibre. Mais les Écossais, s'ils ont autant de ballons, ils peuvent être plus dangereux que les Irlandais en attaque. Ils ne joueront pas comme ils ont joué face aux Gallois, ils seront plus patients. Ils savent que les Français sont costauds en défense, à nous de les surprendre, mais pour cela, il faut avoir le ballon et bien l'utiliser.Contre le XV du Trèfle, le jeu offensif s'est notamment débridé avec l'entrée d'Antoine Dupont. Il faut regretter son absence ?C'est un puncheur, un joueur qui prend des initiatives, mais arrêtons d'attendre le sauveur ! Arrêtons de chercher le joueur qui va nous sauver ! Cela n'existe pas. On croyait que Matthieu Jalibert allait sauver l'équipe de France après trois mois de Top 14 ? Ce n'est pas vrai ! Ce n'est pas possible ! Ce n'est pas un mec qui va nous sauver. Ce sont de supers joueurs, avec de grosses qualités, mais ils sont loin d'être parfaits. Ils doivent encore se construire. Nous avons pleins de joueurs qui sont bons en Top 14 mais qui n'ont fait que ça. Le niveau international n'est pas le même. Ils ont un manque de vécu, surtout à ce niveau. Même s'ils ont du potentiel, ça c'est sûr, ce n'est pas le moment, selon moi.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU