Le sélectionneur anglais ne digère pas et parle de leçon

Le sélectionneur anglais ne digère pas et parle de leçon©Media365
A lire aussi

Antoine Poussin, publié le mardi 13 mars 2018 à 12h35

Le sélectionneur du XV de la Rose Eddie Jones est revenu sur la défaite de son équipe face au XV de France dans Midi Olympique.

Eddie Jones ne se leurre pas. Le sélectionneur anglais est revenu sur la défaite du XV de la Rose samedi soir au Stade de France dans Midi Olympique et a exprimé clairement le manque d'engagement de la part des siens. « Le jeu hésite perpétuellement entre combat et évitement. Ces dernières semaines, il a clairement penché vers le combat et, en la matière, nous sommes en retard sur nos grands rivaux du circuit. Samedi soir, les Français nous ont largement dominés dans le secteur du jeu au sol. Nous avons pris une leçon. Et ça fait mal... » a déclaré Eddie Jones. « Je ne m'attendais pas à ce que les Bleus nous dominent à ce point sur les impacts physiques. Ils étaient plus agressifs, plus concernés et globalement meilleurs que nous. Il n'y a pas photo, sur ce match. » Pour autant, le sélectionneur anglais se veut rassurant pour la suite des événements : « Il me reste un an pour rectifier le tir et faire progresser mes joueurs au niveau des zones d'affrontement. J'y parviendrai. » Jones analyse ensuite la différence physique entre les Français et les Anglais, qu'il considère comme une caractéristique principale de ce sport en perpétuelle mutation : « Les équipes de rugby les plus fortes concentrent les joueurs les plus puissants. Et dans le domaine de la dimension physique, les Français squattent le top 3 avec la Nouvelle-Zélande et l'Australie. Je n'invente rien. Ce sont des statistiques. Les joueurs français sont grands, costauds, athlétiques et pour la plupart bien plus explosifs que leurs adversaires. En réalité, il ne manquait au XV de France qu'une seule chose : produire un effort pendant quatre-vingts minutes. Les Bleus y sont parvenus contre nous. Ce n'est pas de chance... [...] J'ai l'impression que Jacques Brunel a donné à cette équipe de la sérénité, le sens du devoir et, surtout, celui du sacrifice. Les Français jouent désormais les uns pour les autres. Je n'avais pas cette impression-là, ces dernières années... »Question stratégie, Jones avait bien préparé un plan, en vain : « Je voulais faire courir leurs avants, déplacer Bastareaud et perdre le XV de France dans un jeu totalement déstructuré, ce qui est assez inhabituel chez nous. » Un Mathieu Bastareaud qui a énormément surpris l'entraîneur du XV de la Rose : « Il a l'air bien plus affûté qu'il ne l'était par le passé et réalise beaucoup d'efforts dans le replacement. Vous savez, je ne crois qu'en deux statistiques. La première est celle-ci : combien de temps un joueur au sol met-il pour se replacer en défense ? La seconde est celle-là : combien de temps un joueur au sol met-il pour se replacer en attaque ? En ce sens, Bastareaud a énormément progressé ces dix derniers mois. Il est transformé. » Un autre joueur a particulièrement frappé dans l'œil du sélectionneur, il s'agit du demi d'ouverture François Trinh-Duc : « J'ai toujours été un grand fan de Trinh-Duc et ce qu'il a prouvé contre nous, samedi soir, me donne raison : son jeu au pied d'occupation a été pertinent, il a bien animé la ligne et n'a laissé que très peu d'espace à Ben Te'O. [...] Je n'ai pas compris pourquoi François Trinh-Duc a été remplacé en fin de match. Autant le demi de mêlée remplaçant (Couilloud) a amené du gaz, autant je ne trouvais pas que Trinh-Duc baissait de pied, physiquement... » Concernant la suite des événements pour les Français, le sléectionneur anglais n'est pas inquiet. Il croit même en la victoire du XV de France à Cardiff, ce week-end face au pays de Galles : « À 100 %. J'ai trouvé le système défensif des Français excellent et il posera de gros problèmes à l'attaque galloise. » Une définition concernant le jeu des Bleus ? « Beaucoup de muscles et un peu de flair » selon Jones.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Le sélectionneur anglais ne digère pas et parle de leçon
  • Merci a l'arbitre pour cette victoire, l'essai de pénalité ????

  • On aimerait que les dirigeants francais soient aussi lucides apres un match perdu.
    En cela las Anglais nous sont superieurs

  • Beaucoup de muscles et un peu de flair ...c 'est sur .....mais aussi beaucoup d'envie et de solidarité ! J 'aurais préféré avec beaucoup de muscles et beaucoup de flair , mais bon ......Sans beaucoup de muscles , comment fait-on pour aller gagner les ballons dans le jeu au sol et les zones d 'affrontements ? C 'est vrai qu'il y a plus de sérénité parmi les joueurs , mais ce n 'est pas en un match que l'on peut voir le niveau d 'une équipe . Sur ce match , l 'équipe de France a été meilleure dans tous les secteurs (un bémol pour la touche ) et c 'est bien pour cette raison que l'équipe anglaise , avec des joueurs aussi physiques , a perdu et c 'est très jouissif .....point barre !

    Salut Parpaioun ! Les commentaires d' E.Jones vont déplaire aux anti R C T , c'est sur !
    Je me demandais si les Anglais ne sont pas eux aussi en train de payer un championnat très exigeant

    Ah, j'oubliais : c'est vrai que c'est très jouissif de battre les Anglais, surtout quand on est entouré d'un groupe de Britons qui nous snobaient avant le coup d'envoi et une partie de la première mi temps . Bien sur, je me suis fendu d'un " sorry" au coup de sifflet final !

    Bonjour Parpaioun

    je partage votre analyse, mais la touche fut un très gros bémol ainsi que les deux premières mêlées.
    Le résultat fait plaisir car au bout du compte, il n'y a que cela qui compte ...

    Bonjour Parpaioun, jouissif en effet! Un gros bémol pour la touche et la mêlée fragile. Mais ça se travaille, à confirmer contre les gallois.