6 Nations : Les Bleus sombrent en Irlande

6 Nations : Les Bleus sombrent en Irlande©Media365

Thibault Laurens, publié le dimanche 10 mars 2019 à 17h58

Totalement dominée par son adversaire, l'équipe de France n'a pas vraiment existé dimanche à Dublin (26-14) pour le compte de la 4eme journée du Tournoi des 6 Nations. Dépassés physiquement et tactiquement, les hommes de Jacques Brunel sont retombés dans leurs travers avant d'inscrire deux essais en fin de match. Le XV de France reste cinquième du classement.

Ils ne pourront pas dire qu'ils n'avaient pas été prévenus. Durant toute la semaine, le XV de France a travaillé et re-travaillé le jeu au pied, l'arme fatale de l'équipe d'Irlande. Mais apparemment, les Bleus ont encore beaucoup de chemin à faire. Et à l'image de la raclée prise en Angleterre, le XV de France a subi toute la rencontre avant de s'incliner à l'Aviva Stadium (26-14). La onzième défaite de Jacques Brunel s'est dessinée en première mi-temps, catastrophique côté français. Outre l'essai à la 2eme minute du capitaine Irlandais Rory Best, dont c'était le dernier match à Dublin sous le maillot du XV de Trèfle, qui est le résultat d'une touche glanée suite à un excellent coup de pied d'occupation irlandais, c'est l'intensité proposée par les hommes de Joe Schmidt qui a été impressionnante. Emmenés par un Jonathan Sexton de gala, les Irlandais ont imposé un défi physique permanent à l'équipe de France. Dominateurs en conquête avec une mêlée très solide, les locaux ont également été joueurs. Alors qu'ils pouvaient prendre le large grâce à la botte de Sexton sur les nombreuses pénalités concédées par les Français, l'option de la pénaltouche a été privilégiée plusieurs fois. Ainsi, les incessantes vagues vertes ont déferlées sur la défense tricolore, permettant à l'ouvreur irlandais d'inscrire le deuxième essai de la rencontre après une redoublée avec Gary Ringrose. Une action illustrant toute la différence entre une équipe sure de son rugby et une autre totalement désorganisée. A la mi-temps, l'écart été déjà fait (19-0)

Une deuxième mi-temps de meilleure qualité

Au retour des vestiaires, les Bleus ont proposé, durant une dizaine de minutes, un bien meilleur visage. Mais comme en première mi-temps, trop peu de ballons ont été bien exploités offensivement. L'organisation collective a totalement empêché des joueurs comme Romain Ntamack, Thomas Ramos ou Damien Penaud, d'exploiter les capacités qu'ils démontrent chaque week-end en Top 14. Absolument inoffensive, l'équipe de France a continué de subir au fil des minutes. Physiquement, les Bleus ont laissé beaucoup trop d'énergie alors qu'en possession du ballon, les coéquipiers de Mathieu Bastareaud ont semblé totalement perdus. Ainsi, et comme durant le premier acte, l'initiative du jeu à été aux Irlandais. Le 4eme essai du match inscrit par Keith Earls suite à une combinaison en touche, a symbolisé une stratégie irlandaise totalement huilée. Consommer l'énergie en proposant perpétuellement un défi physique que les Français n'ont pu assumer avant de faire la différence sur les extérieurs. La justesse de l'Irlande, notamment dans l'alternance, a été flagrante. Les Bleus ont tout de même réussi à sauver l'honneur en fin de match. Bien décalé par Greg Aldritt, Yoann Huget inscrivait au milieu des poteaux le premier essai français. Imité quelques minutes plus tard sur la sirène par Camille Chat, concluant un bon groupé pénétrant (26-14). Malgré cela, les motifs de satisfactions sont quasiment inexistants. La jeunesse de l'équipe de France n'aura pas fait le poids face à l'expérience irlandaise. A souligner, peut-être, le regain de forme de la mêlée française en deuxième mi-temps. Une bien maigre consolation qui n'éclipsera pas la leçon de rugby proposé par les Irlandais.

L'homme du match : Jonathan Sexton

Auteur d'un match compliqué la semaine dernière face à l'Italie, Jonathan Sexton (33 ans) a montré l'étendu de son talent ce soir face à la France. Véritable métronome de son équipe, l'ouvreur du Leinster a fait vivre un calvaire à l'arrière garde-française, de par ses coups de pieds millimétrés. Il est également auteur d'un essai, suite à une belle redoublée avec Ringrose. Le coup de mou des Irlandais en deuxième mi-temps coïncide avec la sortie de son demi d'ouverture.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.