Toulouse : Quatre ans de plus pour Thomas Ramos

Toulouse : Quatre ans de plus pour Thomas Ramos©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le mercredi 13 avril 2022 à 21h02

Malgré une concurrence qui pourrait s'intensifier à Toulouse, Thomas Ramos a décidé de prolonger son contrat jusqu'en 2027, soit quatre saisons supplémentaires.

La concurrence ne semble pas faire peur à Thomas Ramos. L'arrière international (17 sélections) ne compte pas quitter de sitôt le Stade Toulousain et même s'il pourrait devoir composer avec l'arrivée dès l'été prochain de Melvyn Jaminet, voire même celle d'Ange Capuozzo. S'il avait récemment confirmé son intention d'aller jusqu'au bout de son contrat, qui arrivé à échéance au terme de la saison 2022-2023, le natif de Mazamet a finalement décidé de lier son avenir au club sacré champion de France et champion d'Europe pour une durée bien plus importante. C'est au travers d'un message publié sur les réseaux sociaux que le club rouge-et-noir a mis un terme au suspense concernant l'avenir de Thomas Ramos. « Notre arrière prolonge son aventure au Stade Toulousain et s'inscrit dans la Trajectoire 2027 », a déclaré le Stade Toulousain pour confirmer la prolongation pour quatre saisons supplémentaires de son international.


Ramos prêt à faire face à la concurrence

Cette prolongation de contrat de Thomas Ramos fait suite à celles de nombreux cadres toulousains. En effet, François Cros, Antoine Dupont, Cyril Baille ou encore Romain Ntamack ont tous fait le choix de consolider leur engagement en faveur du club dirigé par Didier Lacroix. Interrogé par le quotidien L'Equipe peu après l'officialisation de cette prolongation de contrat, Thomas Ramos a confié que « ça aurait été trop dur de devoir partir », lui qui a toujours porté les couleurs toulousaines sauf pendant la saison 2016-2017, durant laquelle il avait été prêté à Colomiers. S'il admet s'être posé la question d'un départ en raison des arrivées annoncées en Haute-Garonne, il assure avoir « pesé le pour et le contre » et assure avoir pis « la bonne décision ». « J'ai décidé de regarder droit devant et de foncer », a-t-il ajouté. Une concurrence qui pourrait être exacerbée dans les années à venir mais qu'il considère comme « un moteur » qui lui « donne envie de continuer à travailler et à progresser ». Un état d'esprit qui devrait plaire à Ugo Mola.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.