Toulon / Lakafia : " La frustration domine "

Toulon / Lakafia : " La frustration domine "©Media365

Lucas Bertolotto, publié le dimanche 13 octobre 2019 à 23h46

Découvrez les réactions de Raphaël Lakafia et Patrice Collazo après la défaite de Toulon (33-30) sur le terrain du Stade Français dimanche lors de la 7eme journée de Top 14.



Raphaël Lakafia (troisième ligne de Toulon) :
« La frustration domine, car c'est dommage de mettre 30 points à l'extérieur et d'en prendre 33. On s'était mis en position de gagner ce match, mais malheureusement on a fait trop d'erreurs, on a rendu trop de ballons. Je n'enlève rien du tout à la performance du Stade Français, loin de là, mais sur des situations assez simples, on a commis des erreurs qui nous ont fait prendre des points, c'est ça qui est un peu frustrant. On avait abordé le match confiant, sur une belle victoire contre La Rochelle. C'est un match qui s'est joué à pas grand-chose, un en-avant, une touche pas trouvée, ce sont les aléas du rugby. On a le sentiment qu'on n'est pas loin, qu'il ne faut pas grand-chose pour gagner. C'était spécial pour moi de revenir ici, j'ai essayé de tout faire pour ne pas y penser. C'est un club que j'ai adoré, où j'ai vécu mes plus belles années (de 2014 à 2017, ndlr). Le Stade Français était dos au mur, bravo pour cette victoire et je leur souhaite des jours meilleurs par la suite. »

Patrice Collazo (entraîneur de Toulon) :
« Je suis déçu pour les joueurs. On trouve le moyen de se mettre sous pression tout seul. On est obligé de travailler tellement dur pour marquer un essai et derrière on les donne tellement facilement qu'on doit travailler encore plus dur pour revenir au score. Je suis déçu par rapport à l'investissement qu'ont pu mettre les joueurs. On a été déterminés pendant 80 minutes, on a subi par moments les fulgurances du Stade Français. Mais on a tout fait pour leur créer : des sorties de camp hasardeuses, des touches pas trouvées, des montées défensives où on n'était pas ensemble. À la sortie, on perd de trois points, alors qu'on a encore une occasion à la fin pour marquer. Je suis donc déçu, frustré. Même si on prend un point, c'est une déception. En donnant énormément de points à l'adversaire, en l'excitant, ça se retourne contre nous. On a beau marquer des beaux essais, avoir une mêlée solide tout le match, avoir de la détermination, on se fragilise, on s'expose à mourir à trois points. On a du mal à être dans la constance, on a du mal à avancer malgré des matchs solides, comme celui du week-end dernier. Mais on sait que c'est fragile. On se construit dans la difficulté. A partir du moment où on ne nous donne rien, j'aimerais qu'on ne donne rien aux adversaires. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.