Toulon : L'engagement de Boudjellal si le RCT est champion

Toulon : L'engagement de Boudjellal si le RCT est champion©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le jeudi 26 avril 2018 à 13h06

Dans sa chronique sur Eurosport « Mourad de Toulon », le président de Toulon Mourad Boudjellal a pris un engagement dans le cas où son club était sacré champion de France cette saison.

Mourad Boudjellal n'a toujours pas digéré l'arbitrage de Nigel Owens, l'arbitre à l'origine selon lui de l'élimination de son club en quarts de finale de la Champions Cup, face au Munster. Le président du RCT y fait référence ce jeudi dans sa traditionnelle chronique « Mourad de Toulon » sur Eurosport. « Désolé cette année... Nigel Owens. Nigel, merci. Cette semaine de vacances nous a fait beaucoup de bien. Et c'est toi qui avais raison : c'est impossible d'être champion de France et de jouer la Coupe d'Europe, personne ne peut faire le doublé, Guy Novès l'avait dit (...) donc grâce à toi, peut-être qu'on sera champion de France. » Le titre de champion, justement, Boudjellal l'évoque avec toute l'ironie, l'humour et le second degré qui font de sa chronique une agréable respiration. « Cette banalité des finales depuis quelques années, cette banalité des titres. Comme disaient les Inconnus : ‘’C’est notre destin’’. On va le faire, on va encore aller jouer une finale, on va encore aller gagner un titre, ça devient d’une banalité avec le temps », s'amuse « Mourad de Toulon », qui promet une chose au passage. « Si mes joueurs sont champions de France, je m’engage de rentrer de Paris à Toulon en BlaBlaCar, sauf si c’est Bastareaud qui conduit. »

Boudjellal : « J'ai du mal à croire que Vincent Clerc soit français »

Et Boudjellal d'ajouter au sujet de ce Mathieu Bastareaud pas mal égratigné, notamment par rapport à ce permis de conduire qu'il n'a pas (« Passe ton permis, Mathieu ! ») : « A Toulon, il y a une seule star, Mathieu, c’est moi (...) Alors tu seras capitaine si je veux ». En grande forme, l'emblématique homme fort des Rouge et Noir profite également de son rendez-vous pour adresser un coup de chapeau à Vincent Clerc. « C’est un All Black dans l’état d’esprit et par moment j’ai du mal à croire qu’il soit français tellement il était pro. Il se serait appelé Michael Clerc, ça ne m’aurait pas étonné ». Avant de terminer sur une petite fléchette adressée à l'une de ses cibles préférées le président de la Ligue Paul Goze. « Si Perpignan se fait taper dans les barrages, ils auront fini premiers avec dix points d’avance et resteront en Pro D2 grâce au règlement de Paul Goze, alors que le mec est de Perpignan. »

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU