Toulon : Beaucoup de regrets pour Patrice Collazo après la défaite à Brive

Toulon : Beaucoup de regrets pour Patrice Collazo après la défaite à Brive©Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 31 janvier 2021 à 11h27

S'il ne jette pas la pierre à son buteur Sonatane Takulua, le manager de Toulon Patrice Collazo a confié que son équipe n'avait pas abordé le match à Brive de la meilleure des manières.



« On a manqué de patience ». Tel est le constat de Patrice Collazo à l'issue de la défaite de Toulon ce samedi sur la pelouse de Brive (25-23) dans le cadre de la 15eme journée du Top 14. S'il a salué « la qualité mentale des Brivistes pour aller chercher la victoire », le manager du RCT a également pointé du doigt les soucis de son équipe. « Ce qui me dérange, c'est que l'on a manqué de précision dans les zones de marque, a confié Patrice Collazo dans des propos recueillis par Rugbyrama. Les cartouches, on les a eues. C'est pour ça que la dernière pénalité de Sonatane Takulua est pour moi anecdotique. » Plus précisément, l'ancien pilier considère que son équipe n'a pas eu la bonne approche de la rencontre, disputée dans des conditions difficiles. « On a voulu écarter les ballons alors qu'il pleuvait et que Brive était dans les starting-blocks en défense. À la sortie, on perd de deux points, résume ce dernier. On ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes, il faut reconnaître la capacité mentale des Brivistes à garder le score. Ce qui me dérange, c'est que j'ai l'impression que l'on a mieux joué à quatorze qu'à quinze. »

Collazo : « On ne pouvait pas se faire de passes »

Toulon a voulu envoyer du jeu sur une pelouse du Stade Amédée-Domenech sous des trombes d'eau. Une erreur que regrette Patrice Collazo. « Ce n'était pas le jeu ce soir (samedi), on ne pouvait pas se faire de passes, c'est une certitude. La preuve : les Brivistes n'en ont pas fait non plus, a confié le manager toulonnais. Ce que je regrette, c'est notre manque de patience dans les zones de marque. Quand on est à cinq ou dix mètres de la ligne, on ne fait pas trois passes sautées pour aller chercher un ailier parce que pendant que le ballon vole, la défense monte. Vu qu'ils montaient forts, on s'est mis en difficulté tout seul. » Toulon ramène toutefois le point de bonus défensif d'une rencontre terminée en infériorité numérique, ce que Patrice Collazo considère comme « un moindre mal aux vues des absents, de la physionomie du match et du carton rouge ». Une rencontre durant laquelle les Toulonnais ont « voulu aller plus vite que la musique » selon leur manager qui résume : « Lorsqu'il pleut, on ne peut pas aller plus vite que la musique ». Une leçon que le RCT devra méditer dans les jours à venir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.