Top 14 - Toulon/Collazo : " On a le droit aussi de faire des bonnes choses "

Top 14 - Toulon/Collazo : " On a le droit aussi de faire des bonnes choses "©Panoramic, Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365, publié le lundi 14 septembre 2020 à 11h21

Après la victoire bonifiée de son 36-14 contre Lyon, Patrice Collazo, l'entraîneur de Toulon, était satisfait, même si le match a été fait de hauts et de bas.



Patrice Collazo, comment analysez-vous cette victoire contre Lyon ?
Même s'il n'y a pas eu de fil conducteur, ce que je vais retenir de ce match, c'est l'envie des joueurs d'aller chercher un truc qui paraissait compliqué. Après, sur la première mi-temps, il y a des points à prendre qu'on ne prend pas, Lyon est toujours un peu là. Notre début de deuxième mi-temps est un peu chaotique, et Lyon se remet dans le match. On finit mieux qu'eux physiquement, on met plus de pression, on est un peu plus précis, ce qui nous permet d'aller chercher un bonus. Je suis content pour les joueurs car ça récompense leur travail. On a été précis pour arriver près de la ligne, et près de la ligne on a manqué de discernement.

Comment expliquez-vous les hauts et les bas de votre équipe ?
On a fait une bonne préparation, mais il faudrait peut-être qu'on commence les matchs en arrêtant de se dire que les autres sont meilleurs que nous, parce qu'on a le droit aussi de faire des bonnes choses. La preuve, on a fait des séquences intéressantes mais, arrivés, près de la ligne, on a paniqué. Il y a deux, trois séquences où on a mis de l'intensité, de la vitesse, mais on a été pénalisé. Il faut que les joueurs croient en eux. Après trois mois d'arrêt de compétition, il faut ré-appendre beaucoup de choses, et Pierre (Mignoni, le coach de Lyon, ndlr) me disait la même chose. Mais bon, on a été moyen ce soir et on a quand même marqué cinq essais contre Lyon, on a été cherché un bonus qui était mal embarqué. Ça prouve que si on fait les choses un peu plus « carré », on devrait avoir moins de frayeurs. La semaine dernière, on était absent, car c'était le gong de la reprise de la compétition et il y avait des aspects mentaux que je n'avais pas appréhendés, qui paraissaient anodins alors que ça ne l'était pas chez les joueurs. Je l'ai vu encore ce soir. Il y a des moments où on maîtrise, puis d'un coup on laisse revenir l'adversaire, puis d'un coup l'adversaire prend trois cartons jaunes. Ce sont des choses qui n'arrivent pas forcément d'habitude. On est passé d'une phase où on s'est bien entraîné, à une phase où la compétition a repris, c'est autre chose. Il faut avoir un déclic dans la tête. Ce soir on l'a eu par instants. Ce qui est sûr c'est que la semaine prochaine (contre les Scarlets en quarts de finale, ndlr) il faut qu'on l'ai en continu, sur 80 minutes, car on aura qu'une cartouche, car c'est un quart de finale et on n'aura pas le droit à l'erreur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.