Stade Français : Un nouveau projet pour relancer le club

Stade Français : Un nouveau projet pour relancer le club©Stade.fr, Media365

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 17 mai 2018 à 10h00

A l'issue d'une saison très difficile sur le plan sportif suite à la reprise par Hans-Peter Wild, le Stade Français a présenté en grande pompe son projet et en appelle à une révolution.

La révolution se prépare au Stade Français. Vingt ans après le titre de champion de France qui a lancé la renaissance du club de la Capitale, un an après sa reprise en mains par l’industriel allemand Hans-Peter Wild, le Stade Français a organisé une soirée au Stade Jean-Bouin pour présenter en grande pompe sa « révolution ». A l’issue d’une saison difficile, avouée comme étant de transition par les hauts-dirigeants du club, le Stade Français veut écrire une nouvelle page de son histoire à partir de la saison 2018-2019 et, pour cela, il a décidé de presque faire table rase du passé.



Heyneke Meyer, grand ordonnateur du jeu



Un an après le départ de Gonzalo Quesada, l’ancien sélectionneur de l’Afrique du Sud Heyneke Meyer arrive au Stade Français pour relancer le club. Mais ses prérogatives seront plus larges que celles d’un simple « entraîneur » puisqu’il sera officiellement le « Directeur Sportif » du Stade Français Paris. Son ambition est de reconstruire le club des U14 jusqu’à la reconversion des joueurs avec la mise en avant d’éléments comme la formation technique et tactique, la préparation physique, le suivi médical, le développement cognitif, la préparation mentale et l’accompagnement des joueurs dans tous les moments de leur vie. « Notre projet sportif est ambitieux mais à la portée du club et de ses supporters. Il touche à l’ensemble des dimensions de la performance, assure Heyneke Meyer dans un communiqué du club. Pour gagner régulièrement les compétitions nationales et européennes les plus prestigieuses, dans tous les domaines, il faut faire de l’exigence la plus forte, notre quotidien. Il faut également rassembler l’ensemble du Club et des supporters autour d’un projet commun. La famille du Stade Français Paris, dans toutes ses composantes unies, portera le Club vers la victoire. »



Pascal Papé, icone du centre de formation



Pour encadrer les jeunes pousses de son centre de formation, le Stade Français a décidé d’installer une véritable icone à sa tête : Pascal Papé. L’ancien deuxième-ligne international, qui a évolué pendant dix saisons sous les couleurs parisiennes aura pour but de permettre l’éclosion des jeunes talents de la filière parisienne, qui va s’appuyer sur une vingtaine de clubs de la région, dont celui de Massy, évoluant en Pro D2, pour recruter de manière locale les joueurs en devenir face à la convoitise des autres clubs du Top 14. « Tout commence par la formation qui est au cœur du projet du club, assure l’ancien joueur du XV de France. Le Centre de Formation du Stade Français Paris ambitionne d’être une référence en termes de formation sportive et humaine pour alimenter aujourd’hui 50% de l’équipe professionnelle et 75% demain. » Pour permettre le développement des joueurs et des jeunes pousses, le Stade Français va se doter d’ici la fin du premier semestre 2019 d’un centre médical de 800 mètres carrés avec un focus, notamment, sur les commotions cérébrales.



Un effectif remodelé pour retrouver de l’ambition



Alors que le dossier Gaël Fickou est en suspens et que l’arrivée de Yoann Maestri a été officialisée ce mercredi, le Stade Français pourra compter la saison prochaine sur un effectif renouvelé avec l’arrivée déjà acquise de quatorze nouveaux joueurs, dont l’ouvreur argentin Nicolas Sanchez ou le demi de mêlée sud-africain Piet Van Zyl, mais également sur l’arrière ou ailier Kylan Hamdaoui en provenance de Biarritz alors que Talalelei Gray rejoint la Capitale depuis le Stade Toulousain. A cela s’ajoute un noyau dur de douze joueurs qui prolongent leur aventure au sein du club parisien, dont les cadres que sont Alexandre Flanquart, Paul Gabrillagues, Djibril Camara ou Jules Plisson. Un groupe dont les vacances seront courtes car la reprise de l’entraînement est déjà calée au... 18 juin prochain.



Une identité renouvelée, plus « Paris »



Le premier élément distinctif d’un club, c’est son blason. Et les dirigeants du Stade Français ont décidé de faire davantage dans l’évolution que dans la révolution totale à ce sujet. Si le rose est toujours d’actualité, si les éclairs sont toujours là mais plus acérés, le Stade Français a décidé par ce biais d’affirmer encore plus son appartenance à Paris, d’affirmer encore plus qu’il est le « club de la Capitale » par opposition au Racing 92, qui est le club de la banlieue parisienne, moins de deux ans après la fusion avortée entre les deux formations. A l’image du PSG qui a mis en sourdine « Saint-Germain » à l’occasion du changement de son blason il y a quelques années, le Stade Français n’appose plus son nom que sous la forme des initiales « SF » au-dessus de Paris. « Le projet de marque du Stade Français Paris a été imaginé avec le support de nombreuses parties prenantes du Club : joueurs actuels et historiques, fans, partenaires, membres de l’association, rappelle Fabien Grobon, directeur général du club. Ce nouveau logo est à la fois un hommage au passé prestigieux du club et un appel à écrire une nouvelle page de notre histoire commune en donnant l’occasion à tous de tisser un lien renforcé avec le Stade Français Paris. »

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU