Stade Français : La lettre ouverte poignante de Camara

Stade Français : La lettre ouverte poignante de Camara©Media365
A lire aussi

Thibault Laurens, publié le mercredi 19 juin 2019 à 12h31

Licencié pour faute grave par le Stade Français, Djibril Camara quitte son club formateur après douze saisons passées à Paris. Dans une lettre ouverte publiée ce mercredi sur ses réseaux sociaux, l'arrière ou ailier international ouvre son cœur.

L'histoire d'amour entre le Stade Français et Djibril Camara prendra bel et bien fin suite à son licenciement pour faute grave. En conflit avec son manager, le Sud-Africain Heyneke Meyer, Camara avait reçu en mai dernier une convocation du Stade Français. Suite à cela, l'arrière ou ailier avait été convié en juin à un entretien en présence de Fabrice Landreau, le directeur sportif, et de Jean-Romain Sintes, directeur administratif et financier du club. Suite à son licenciement, dont les raisons demeures obscures,  l'international français (quatre sélections) a publié ce mercredi une lettre ouverte sur son compte Facebook.


La lettre de Djibril Camara 

« Aux amoureux du Stade Français
Voilà, c'est fini. Parfois le destin, ou le hasard de la vie, fait que l'on doit quitter des personnes chères. Des personnelles essentielles, des personnes qui nous ont beaucoup donné. Vous, les supporters du Stade français, comptez parmi celles-là. Ce message d'au revoir est l'expression de mon émotion profonde, de ma gratitude. Le Stade français était pour moi bien plus qu'un club, il était ma famille, mon socle, mon envie de me dépasser. Ici, j'ai vécu des moments exceptionnels, j'y ai grandi et construit ma vie d'homme.
Le Stade français, j'y suis arrivé à l'âge de 13 ans par l'intermédiaire de mon ami Jérémy Fumey. J'étais encore un enfant. En 2006, avec une génération fabuleuse, nous avons été champion de France cadets. Dans ma tête se bousculent encore les images de joie, de bonheur et d'allégresse. C'était l'époque de l'insouciance. J'ai eu la chance de connaître l'équipe de France des moins de 18 ans, d'entrer au centre de formation du Stade français et de signer mon premier contrat professionnel. Je n'avais que 18 ans et des rêves plein la tête. Ces rêves, je les ai en partie accomplis. Je tiens évidemment à remercier Max Guazzini sans qui rien n'aurait été possible. Quel président il était ! Je me souviens encore de mon premier essai inscrit avec l'équipe professionnelle. C'était contre Dax. C'était hier. Je mesure chaque jour la chance que j'ai eu de porter ce maillot avec des joueurs comme Christophe Dominici, Julien Dupuy, Mathieu Bastareaud, Juan Hernandez, Antoine Burban, Sergio Parisse, Sylvain Marconnet, David Auradou, Nani Corletto et tant d'autres. Difficile de tous les citer...
A l'instant de partir, j'ai aussi une pensée émue pour Thomas Savare et Pierre Arnald. Ils ont été beaucoup critiqués, mais je peux vous assurer qu'ils ont toujours été bienveillants avec moi comme avec le club. Le titre de champion de France en 2015 restera à jamais gravé dans ma mémoire. Tout comme le titre européen en 2017. Merci à toi Gonzalo d'avoir pris la peine de me comprendre et d'avoir su tirer le meilleur de moi-même. J'aurais tellement aimé suivre les pas de Pierre Rabadan et faire toute ma carrière au Stade français. Hélas, ce n'est pas possible. Une autre aventure s'ouvre devant moi. Nous nous reverrons bientôt ici ou là, sur un terrain ou ailleurs. Je pars le cœur lourd, brisé. Mais mon sang est et restera toujours un peu rose. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.