Top 14 - Racing 92/Chavancy : " Un coup d'arrêt "

Top 14 - Racing 92/Chavancy : " Un coup d'arrêt "©Media365

Rédaction Sport365, publié le lundi 18 janvier 2021 à 10h42

Découvrez les réactions de Henry Chavancy et Laurent Travers après la défaite 23-29 du Racing 92 à domicile contre Toulon dimanche en match en retard de la 5eme journée de Top 14.



Henry Chavancy (centre du Racing 92) :
« On fait une entame très approximative qui permet de Toulon de prendre le score rapidement. On a fait ce qu'il fallait pour revenir dans ce match. On tourne à la mi-temps à égalité. Il y avait tout à refaire. On avait envie d'imposer notre jeu en deuxième mi-temps, mais on n'a pas pu le faire. On est passé de touches en mêlées, de mêlées en touches, et on n'a pas su imposer notre jeu. Toulon mérite sa victoire, c'est un coup d'arrêt pour nous et il faut se remettre au travail. (...) On n'a pas eu énormément de maîtrise dans le jeu en deuxième mi-temps, pas beaucoup de longues séquences de jeu. On s'est peut-être un peu épuisé en défense et quand on a eu les opportunités de scorer, on n'a pas su les prendre. »

Laurent Travers (entraîneur du Racing 92) :
« Bien sûr que c'est un coup d'arrêt. Il n'y a rien à dire, sur les 80 minutes Toulon mérite sa victoire. L'entame nous met en difficulté, ils ont fait ce qu'il fallait pour nous mettre sur le reculoir, ce qui fait qu'on prend vite deux essais. On a cette capacité à faire ce qu'il faut pour inverser la tendance et reprendre le score. La deuxième mi-temps a été approximative sur nos lancements, avec le ballon. Toulon sentait qu'il y avait une opportunité et ils l'ont saisie, bravo à eux. (sur la boulette de Vakatawa) Il n'y a pas besoin de parler, le joueur sait très bien la situation, ça ne sert à rien d'en rajouter. La physionomie du match fait qu'on n'a pas fait ce qu'il fallait pour l'emporter. On savait que c'était une équipe capable de garder le ballon, de mettre en difficulté l'adversaire, qui gagne ses duels. C'était à nous de répondre présents, ce qu'on a été capable de faire sur les vingt dernières minutes de la première mi-temps et par épisodes en deuxième mi-temps. On s'est mis tout seul à la faute. C'est 26 matchs, c'est un marathon. A nous de faire ce qu'il faut pour préparer le match de Bordeaux, qui sera relevé, comme tous les matchs. On avait la possibilité de se mettre un peu à l'abri, ce n'est pas le cas, il va falloir cravacher jusqu'au bout. Il y a des matchs où vous y êtes un peu moins, parce que vous avez l'impression que ça va le faire, mais attention, le rugby c'est l'école de la vie. Quand vous pensez que c'est acquis, c'est là où ça devient dangereux. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.