Top 14 : Toulouse renverse l'UBB au bout de la folie

Top 14 : Toulouse renverse l'UBB au bout de la folie©Media365

Thibault Laurens, publié le dimanche 19 mai 2019 à 18h45

Totalement à côté de la plaque en première mi-temps, le Stade Toulousain s'est rattrapé et a finalement disposé de Bordeaux-Bègles à Chaban-Delmas ce dimanche après-midi au terme d'une deuxième période hallucinante (36-43). Un succès qui enterre définitivement les espoirs des Girondins de disputer les phases finales.

Un Bordeaux-Bègles - Toulouse de folie ! Pour la dernière de Baptise Serin sous les couleurs de l'UBB, extrêmement ému avant de rentrer sur le terrain, Bordeaux-Bègles s'est incliné contre Toulouse à Chaban-Delmas lors d'une rencontre absolument dingue (43-36). Une seconde défaite à domicile cette saison pour les Girondins, devant les yeux des champions de France 1969 présents dans les tribunes afin de fêter les cinquante ans du premier titre décroché par le club. En dépit de ce revers, les hommes de Joe Worsley, qui restaient sur trois défaites consécutives suite à des prestations indignes d'un prétendant aux phases finales, ont quelque peu rectifié le tir ce dimanche. Du moins dans le premier acte. Après dix premières minutes d'observations, les locaux ont enclenché leur marche en avant et inscrit le premier essai de la rencontre par l'intermédiaire de George Tilsley (7eme). La réaction du leader du Top 14 ne s'est pas fait attendre, Iosefa Tekori aplatissant dans l'en-but sur la première incursion des Rouge et Noir (12eme). En dépit de cette réalisation, les hommes d'Ugo Mola ont souffert. Brouillons dans le jeu courant et dominés en conquête, les Haut-Garonnais ont multiplié les approximations dans le premier acte. Tout l'inverse de Bordeaux-Bègles, qui s'est attelé à proposer un rugby attrayant. Suite à un nouvel essai consécutif à un ballon porté conclu par Adrien Pellissié (22eme), le show Tilsley a repris de plus belle. L'ailier néo-zélandais, qui rejoindra Perpignan la saison prochaine, a marqué un triplé (7eme, 28eme, 40eme). Entre-temps, le pilier Peni Ravai franchissait lui aussi la ligne suite à un énième ballon porté des Girondins (37eme). Une domination sans partage de l'UBB, lui permettant de compter près de trente points d'avance à la pause.

Toulouse inflige un cinglant 36-0 en deuxième période


Nul doute que les murs ont dû trembler dans le vestiaire toulousain à la pause. Probablement très contrariés par la prestation des siens, Ugo Mola et son staff ont tenté de créer un électrochoc. Exit donc Cyril Baille, Tekori et Antoine Dupont, sanctionnés après les quarante premières minutes catastrophiques. Un coaching qui a rapidement fait effet, Guillaume Marchand étant à la conclusion d'un groupé-pénétrant (46eme). Si Toulouse a été indiscipliné dans le premier acte, c'est bien Bordeaux-Bègles qui a multiplié les fautes et cela, dès l'entame de la deuxième mi-temps. Ainsi, le carton jaune de Seta Tamanivalu (52eme) après un mauvais geste sur Cheslin Kolbe, a permis aux Toulousains de reprendre la main sur le ballon. En supériorité numérique, les joueurs de la Ville Rose ont concrétisé leur regain de forme grâce aux essais d'Arthur Bonneval (54eme) et de Thomas Ramos (58eme). Par ailleurs, les Toulousains ont totalement repris l'avantage dans la guerre des rucks, se montrant très efficaces et grattant de nombreux ballons permettant d'investir les vingt-deux mètres de l'UBB durant de longues minutes. Suite à un lancement de jeu d'école, Ramos a marqué son deuxième essai personnel (65eme). En deuxième mi-temps, Bordeaux-Bègles a sombré face aux vagues incessantes du Stade Toulousain. Enfin, le carton jaune écopé par Matthieu Jalibert (69eme), couplé au doublé de Bonneval (74eme), ont condamné les derniers espoirs de victoire de l'UBB. Alors qu'il comptait réagir après l'humiliation subie lors du match aller (40-0), Bordeaux-Bègles n'a pas existé durant les quarante dernières minutes. Une désillusion qui prive les Girondins des barrages de Top 14. Quant au Stade Toulousain, auteur d'une remontada extraordinaire, il s'affirme comme le favori numéro un au titre de champion de France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.