Top 14 (J4) : Toulouse résiste au Racing 92 et reste invaincu

Top 14 (J4) : Toulouse résiste au Racing 92 et reste invaincu©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le samedi 15 septembre 2018 à 22h28

Après quatre journées, il ne reste plus que deux clubs invaincus. Le premier, c'est Clermont, miraculé en début de soirée sur la pelouse de Pau. Le second se nomme Toulouse. Samedi soir, sur leur pelouse, les Toulousains ont obtenu une troisième victoire consécutive en s'imposant assez nettement face au Racing 92 (30-17).

Mais si les Rouge et Noir, toujours aussi séduisants dans le jeu, ont rapidement décramponné les Franciliens après un bien meilleur départ que leur adversaire, ils ont connu davantage de difficulté ensuite, le Racing revenant même en fin de match à un essai transformé des hommes de la Ville Rose. Pour la première fois cette saison, Toulouse, grâce d'abord à Maxime Mermoz, envoyé sur orbite par Romain Ntamack, puis à l'insaisissable Sofiane Guitoune, auteur d'un deuxième essai personnel dès le retour des vestiaires, avait pourtant réussi à marquer des points dans les vingt premières minutes.

La vitesse du Racing en contre


A la pause (14-3), ces Racingmen venus à Ernest-Wallon sans un grand nombre de leurs titulaires ne donnaient d'ailleurs pas le sentiment de pouvoir refaire leur retard. Mais c'était sans compter sur leur vitesse d'exécution en contre-attaques. L'Irlandais Simon Zebo et l'Argentin Juan Imhoff incarnent parfaitement cette capacité des Franciliens à profiter du moindre ballon pour se projeter très vite en direction des 22 mètres adverses. Le premier a profité d'un sprint du second pour relancer son équipe peu de temps avant la reprise. Le second a exploité une percée du premier pour remettre sur de bons rails ce Racing remonté de 21-3 à 24-17 en un rien de temps. Heureusement pour le Stade Toulousain, si les Bleu ciel et Blanc ont fini fort, ils se sont arrêtés là. Le nouveau dauphin de Clermont (à égalité avec Castres) a même eu le dernier mot, avec cette pénalité de l'inévitable Thomas Ramos (trois transformations, trois pénalités) venue ponctuer cette belle prestation de Toulouse une nouvelle fois. Le Stade Toulousain fait un beau deuxième.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.