Top 14 (J11) : Le Stade Français n'est pas mort !

Top 14 (J11) : Le Stade Français n'est pas mort !©Media365

Aurélien CANOT, publié le dimanche 22 décembre 2019 à 14h27

Privé de victoire depuis plus de deux mois, le Stade Français a remporté son troisième succès de la saison, ce dimanche face à Pau (21-18).

Le Stade Français n'est pas mort ! Incapable de gagner le moindre match depuis plus de deux mois et la venue de Toulon (33-30), le 13 octobre dernier dans la Capitale, le club parisien a renoué avec la victoire ce dimanche. Opposé à un autre mal classé Pau sur sa pelouse du stade Jean-Bouin, le dernier du championnat s'est sorti d'une situation encore une fois pas loin d'être désespérée pour finalement l'emporter dans la douleur et à l'arraché (21-18). Une réaction qui tient presque du miracle sachant qu'au sortir d'une entame de match complètement manquée, le Stade Français semblait se diriger vers une nouvelle déconvenue, avec un retard de onze points (-11) à combler rapidement face à la Section et à l'ancien Parisien Siegfried Fisiihoi, auteur après onze minutes de jeu à la conclusion d'une pénaltouche et d'un ballon porté du premier essai palois de cette partie. Laurent Sempéré et Julien Arias ont alors eu la bonne idée de faire appel à Arthur Coville. A peine entré sur le terrain, le demi de mêlée a redonné des ailes à son équipe.

Coville réveille le Stade Français



Et quatre minutes après son arrivée sur la pelouse, l'ancien joueur de Vannes a marqué sur une séquence qu'il avait lui-même lancée depuis ses 22 mètres l'essai de l'espoir pour les Parisiens juste avant la pause (37eme). Complètement revivifiée par cet exploit de Coville, la lanterne rouge est revenue avec d'autres intentions en seconde mi-temps. Et elle n'a pas tardé à être de nouveau récompensée, cette fois sur un essai de Quentin Béthune après une belle prise de Macalou dans les airs (45eme). Pour la première fois, les Parisiens passaient ainsi devant au score. Pau, de son côté, perdait ses nerfs, à l'image de cette charge coude en avant de Ben Smith sur le talonneur adverse, qui valait un carton rouge logique au Néo-Zélandais. Menée et à quatorze contre quinze, la Section voyait le match lui échapper. Elle jetait pourtant toutes ses forces dans la bataille, l'essai de Lucas Rey à neuf minutes de la fin du temps réglementaire (71eme) obligeant même les locaux à batailler jusqu'au bout pour conserver leur troisième victoire de la saison. Le premier à la maison pour le nouveau staff, attendu au tournant et qui a donc réussi ses débuts. Mais si Agen, avant-dernier, n'est plus qu'à trois points du Stade Français, le chemin reste encore très long.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.