Top 14 : Le président de Clermont Eric de Cromières est décédé

Top 14 : Le président de Clermont Eric de Cromières est décédé©Media365

Aurélien CANOT, publié le jeudi 23 juillet 2020 à 07h52

L'ASM Clermont Auvergne a annoncé ce jeudi le décès d'Eric de Cromières à l'âge de 66 ans des suites d'un cancer. Figure du club, il en était le président depuis juin 2013.



Un logo qui vire au noir et toute une ville, tout un club, qui pleure. Ce jeudi matin alors que les volcans d'Auvergne s'éveillaient à peine, l'ASM a annoncé une bien triste nouvelle pour Clermont comme pour le rugby français : Eric de Cromières est décédé. « C'est avec une grande tristesse que l'ASM Clermont Auvergne à la douleur de vous faire part du décès, cette nuit, de son président depuis juin 2013, Éric de Cromières à l'âge de 66 ans », a tweeté très sobrement en début de matinée l'ASM, déjà forcément drapée dans le deuil et l'immense chagrin venus accompagner la mort de cette immense figure du club sacré champion de France à deux reprises. La première fois, le déjà regretté Eric de Cromières ne se trouvait pas encore aux manettes. Ce qui ne l'empêchait pas de faire déjà partie des premiers supporters des Jaunards. Passé aux commandes de Clermont en juin 2013 après avoir été longtemps administrateur de l'ASM (à partir de 2005), il avait en revanche assisté aux premières loges au deuxième titre en Top 14, lors d'une année 2017 qui avait également vu son club de coeur atteindre la finale de la Champions Cup. L'année dernière, l'ASM, déjà victorieuse à deux reprises de la compétition, était allé au bout, cette fois, en Challenge Européen, comme elle l'avait déjà fait deux ans plus tôt (2015), déjà sous l'ère de l'ancien membre du conseil d'administration du partenaire historique du club, Michelin. Une manière d'oublier l'échec en finale du championnat, devant Toulouse lors de cette même saison 2018-2019.

Eric de Cromières luttait contre un cancer



Eric de Cromières luttait alors déjà contre cette fichue maladie qu'est le cancer. Lancé dans un combat que l'on gagne malheureusement trop rarement, celui qui avait pris le relais de René Fontes (ce dernier, décédé l'an dernier, ayant atteint la limite d'âge) à la tête du club avait évoqué au début du mois dans les colonnes du journal local La Montagne son état de santé, le tout avec beaucoup de recul et d'humanisme, l'une des nombreuses qualités du natif d'Alger, ancien joueur de rugby lui-même (à l'échelon universitaire). « Il y a tellement de gens qui vivent dans des situations déplorables dans le monde que je ne vais pas me plaindre », avouait le dirigeant au quotidien. Il semblait alors encore y croire, certes timidement. « Avoir un cancer aujourd'hui en France, il y a pire. C'est l'issue qui peut être désagréable, mais le cancer lui-même, pour moi c'est une maladie comme les autres. J'ai la chance de ne pas avoir d'effets secondaires. Juste un peu de fatigue de temps en temps. » Une fatigue qui n'avait pas empêché cet amoureux éperdu de son sport, qu'il avait découvert dans les Landes, à Dax, d'encore trouvé la force lors de cette année 2020 bien triste à beaucoup de niveaux de tenter de minimiser les frais pour le rugby français au plus fort de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19.

Fervent défenseur du rugby français

L'homme fort et ô combien emblématique de l'ASM longtemps apparu sur l'organigramme du partenaire historique de Clermont Michelin (d'abord comme directeur commercial puis comme directeur général et membre du conseil d'administration) s'était également battu pour que le principe de marquee player, qui consiste à exclure du salary cap le salaire d'une des vedettes de l'effectif, ne vienne pas polluer notre rugby. « Eric de Cromières était un grand dirigeant et un homme généreux. Il aimait les autres. Il aimait les Clermontois. Il aimait les supporters de son club », rappelle ce jeudi Bernard Laporte, envahi par la « tristesse et l'effroi ». Rivaux d'un jour ou de toujours comme camarades depuis la première heure, tous pleurent aujourd'hui Eric de Cromières, dont l'état s'est dégradé rapidement, aux dires du porte-parole du club clermontois. « L'ensemble des joueurs, des staffs sportifs, médicaux et administratifs du club, le conseil d'administration de la SASP, les partenaires, nos amis de l'ASM Omnisports, les supporters et tous ceux qui aiment ce club et le rugby sont invités à avoir une pensée pour lui, ses proches et sa famille à qui l'ensemble du club présente ses plus sincères condoléances », peut-on lire dans le communiqué publié par l'ASM. A son tour, notre rédaction présente toutes ses condoléances à l'ensemble du club clermontois ainsi qu'à la famille et aux proches de ce Grand Monsieur du rugby français. Un rugby en larmes ce jeudi matin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.