Clermont : Pour Azéma, le club auvergnat entend bien faire valoir ses droits

Clermont : Pour Azéma, le club auvergnat entend bien faire valoir ses droits©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 18 décembre 2021 à 20h40

Quelques semaines après l'arrivée de Franck Azéma sur le banc de Toulon, le club de Clermont a confirmé via son président Jean-Michel Guillon qu'il comptait toujours faire respecter le contrat qui le lie au technicien au travers d'une indemnité.

Jean-Michel Guillon n'est pas décidé à lâcher. En fin de saison dernière, Franck Azéma a cédé sa place sur le banc de Clermont à Jono Gibbes mais le contrat liant le club auvergnat et le technicien n'a pas été rompu. Un point de détail qui a été l'origine de l'arrivée manquée de Franck Azéma sur le banc de Montpellier cet été. Malgré cela, Toulon n'a pas hésité au moment de confier le poste d'entraîneur à l'ancien trois-quarts centre. La réaction de l'ASM n'a alors pas tardé avec un communiqué dans lequel les Jaunards ont confirmé leur intention de saisir la LNR « pour confirmer le droit à indemnités du club, suite à cette rupture anticipée et unilatérale de son contrat d'entraineur ». Depuis, Jean-Michel Guillon et ses équipes se sont montrés silencieux concernant l'éventualité d'une procédure à l'encontre Franck Azéma et du RCT. Mais, dans les faits, la grogne perdure en Auvergne.


Guillon veut faire respecter les droits de son club

Selon les informations du quotidien local La Montagne, le président de l'ASM a confirmé son intention d'obtenir une indemnité dans le cadre de la résiliation du contrat de Franck Azéma. « Un contrat est un contrat. L'économie des clubs de football repose en partie sur la gestion des ruptures des contrats, a confié Jean-Michel Guillon. Un club part sur un déficit et en fonction des rachats de contrat on va boucher le trou. Dans le rugby, on ne doit pas entrer dans cette approche. Si un joueur ou un entraîneur rompt un contrat, il ou son nouveau club doit payer des indemnités. » S'il souhaite que cette affaire se règle sans « acrimonie », le président de l'ASM reste ferme sur ses positions et entend obtenir gain de cause d'une manière ou d'une autre, même s'il faut que la justice intervienne via le Conseil des Prud'hommes. Dans le même temps, Franck Azéma va s'évertuer à redresser le RCT après une entame de saison compliquée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.