World Rugby : Le protocole commotion renforcé

World Rugby : Le protocole commotion renforcé©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le mardi 21 juin 2022 à 11h30

World Rugby a annoncé ce mardi qu'à partir du 1er juillet, les joueurs victimes de commotion cérébrale ne pourront reprendre le jeu qu'entre sept et douze jours après la blessure, avec l'approbation d'un consultant indépendant.


Les commotions cérébrales sont prises très au sérieux dans le monde du rugby depuis quelques années, et le protocole de retour au jeu, déjà très strict, va évoluer à partir du 1er juillet, comme l'a annoncé World Rugby. « La nouvelle approche implique que les joueurs, y compris ceux qui ont des antécédents de commotion ou qui ont été retirés d'un match avec des symptômes évidents de commotion, ne pourront jouer pendant un minimum de 12 jours, manquant probablement leur prochain match de compétition. Aucun joueur ne reprendra le jeu avant le 7eme jour après la blessure, et le retour de tout joueur devra être approuvé par un consultant indépendant en matière de commotions cérébrales », explique l'instance dirigeante du rugby mondial.

"Un nouvel état d'esprit pour les entraîneurs et les joueurs"

Le docteur Eanna Falvey, médecin en chef de World Rugby, a donné plus d'explications sur ce renforcement du protocole : « Cette approche individualisée de la rééducation renforce notre mission qui accorde toute la priorité à la santé des joueurs. Elle reflète notre engagement à surveiller, réviser et faire évoluer en permanence nos protocoles sur la base d'avis et de preuves scientifiques. Le rugby est un sport de pointe dans la gestion des traumatismes crâniens, mais nous ne restons jamais les bras croisés. Il ne s'agit pas seulement d'un nouveau protocole, ce sera un nouvel état d'esprit pour les entraîneurs et les joueurs. Notre approche signifie qu'il est désormais très probable qu'un joueur diagnostiqué avec une commotion cérébrale ne jouera pas lors du match suivant de son équipe. World Rugby croit fermement que les preuves scientifiques soutiennent nos protocoles, mais nous les examinons et les testons continuellement pour nous assurer qu'ils sont adaptés au jeu moderne. Nous reconnaissons qu'il existe des différences dans les symptômes et l'historique des commotions cérébrales et ce processus nous permet de protéger davantage les joueurs d'élite en individualisant leur rééducation. Il maintient également tous les avantages des protocoles précédents qui nous ont tant aidé à commencer à lutter contre la sous-déclaration des symptômes qui, même si elle s'améliore, demeure un problème." Avec ce protocole, World Rugby espère faire diminuer le nombre de fins de carrière anticipées et les dommages cérébraux à long terme chez les joueurs.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.