Toulouse : Novès envisage un bel avenir pour les Champions d'Europe

Toulouse : Novès envisage un bel avenir pour les Champions d'Europe©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le lundi 24 mai 2021 à 15h52

Après le sacre du Stade Toulousain en Champions Cup, l'ancien manager du club, Guy Novès, se montre résolument confiant pour l'avenir.



La partie a été âpre. Tendue, intense, la finale de la Champions Cup 2021 a finalement tourné à l'avantage de Toulouse, tombeur de La Rochelle (22-17) à Twickenham, samedi. Le Stade Toulousain a ainsi décroché sa 5eme Coupe d'Europe, la première sans... Guy Novès. Eh oui, l'ancien manager était des quatre premières en 1996, 2003, 2005 et 2010. L'entraîneur français le plus titré a cette fois assisté au sacre de son ancienne formation devant la télévision. Il a forcément apprécié, même si le geste de Levani Botia l'a, en revanche, ulcéré.

Novès : « Il faut admettre que les autres travaillent, les autres progressent »

Novès a souligné la « régularité » toulousaine « dans la performance » et « le fait de croire en eux » dans Le Parisien-Aujourd'hui en France. « En première période, La Rochelle domine, mais passe un peu à côté. C'est une équipe en devenir, qui vient de loin. Toulouse a été champion il y a deux ans, c'est un groupe qui connaît ses forces, estime l'ancien patron toulousain. Ils savent faire le dos rond quand ça ne va pas, puis produire des fulgurances qui leur permettent de faire la différence. Ces matchs, il faut les gagner, et pas forcément être beau. Après, il y a aussi ce plaquage haut du centre de La Rochelle (de Botia, expulsé à la 28e minute)... C'est inadmissible de faire ça en 2021, il sait très bien ce qu'il va y avoir derrière. Je me demande si les gars n'ont pas des grelots dans la tête parfois. Il peut s'engager en allant 20 cm en-dessous, le résultat est le même. »


Toulouse a décroché sa première Coupe d'Europe depuis... onze ans, en 2010, quand il avait battu une autre formation française, Biarritz, sur une courte marge (21-19). Une anomalie ? « Toulouse n'a jamais disparu de la Coupe d'Europe, à part une saison (en 2017-2018). Il faut admettre que les autres travaillent, les autres progressent, répond l'ancien sélectionneur de l'équipe de France. Ce n'est pas plus " logique " que Toulouse soit là plus qu'un autre. C'est le résultat d'un énorme travail. Ugo Mola (NDLR : le manager toulousain) n'y est pas parvenu en claquant des doigts, ça montre qu'il faut laisser un peu de temps pour que les gens puissent bien travailler. Après, Toulouse remporte une Coupe d'Europe un peu bizarre cette année. Les Saracens étaient au garage (NDLR : rétrogradés en deuxième division anglaise), elle a été modifiée par le Covid, Toulouse a gagné sur tapis vert contre Exeter... Le chemin a été particulier, mais la cinquième étoile est là. »

Novès : « Gagner un premier titre européen va leur donner envie d'en gagner d'autres »


Ce titre en appelle peut-être d'autres pour une génération dorée emmenée par les Dupont et Ntamack. « On a l'impression en lisant leurs déclarations après ce match qu'ils ont atteint leur objectif, mais le fait de gagner un premier titre européen va leur donner envie d'en gagner d'autres. L'appétit vient en mangeant. Samedi, ils ont su chercher des ressources dans les moments difficiles et ont eu conscience qu'ils auraient pu perdre ce match. La fois suivante, ils reviendront sur le terrain en étant champions d'Europe, mais aussi en connaissant le chemin qu'il a fallu parcourir pour en arriver là », indique Guy Novès qui pense que le Stade Toulousain peut réaliser le doublé en raflant le titre de champion de France. « Je pense qu'ils en sont capables, car ils ont des points d'avance en championnat et auront le temps de se régénérer et de récupérer certains joueurs avant la phase finale, argue le technicien de 67 ans. Je ne sais pas si les Toulousains seront champions de France, mais ils pourront grandement jouer leurs chances. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.