Top 14 : Toulouse en patron, Agen envoie Perpignan en Pro D2, Toulon retrouve le sourire, Grenoble toujours au point mort

Top 14  : Toulouse en patron, Agen envoie Perpignan en Pro D2, Toulon retrouve le sourire, Grenoble toujours au point mort©Media365

Aurélien CANOT, publié le samedi 23 février 2019 à 20h07

Tandis que Toulouse, vainqueur à domicile de Montpellier (27-14), a conforté sa place de leader en enchaînant un onzième match sans défaite, Agen a définitivement crucifié Perpignan, de nouveau battu (20-13). Toulon a flambé contre Pau (38-11) et continue de croire aux phases finales, Grenoble, surclassé sur la pelouse du cinquième Bordeaux-Bègles (47-31), toujours invaincu chez lui, court toujours après sa première victoire en 2019.

 TOP 14 / 17EME JOURNÉE

Samedi 23 février 2019

 Bordeaux-Bègles - Grenoble: 47-31

Pour sa première victoire en 2019, Grenoble repassera encore. En se déplaçant sur la pelouse de Bordeaux-Bègles, toujours invaincu chez lui cette saison, le FCG ne se faisait de toute façon pas beaucoup d'illusion. Les Isérois avaient bien raison. Ils ont pourtant dépassé la barre des trente points au stade Chaban-Delmas ce samedi, mais cela restera presque anecdotique pour ces Grenoblois qui courent également toujours après leur premier succès à l'extérieur et ont pris l'eau, une fois de plus, face au cinquième du classement. Profitant de la générosité de la défense adverse, l'UBB a empilé les essais (sept) et obtenu un quatrième succès bonifié cette saison qui lui permet de revenir provisoirement à hauteur du LOU. Grenoble, qui ne s'est jamais relevé du 33-0 qui lui ont passé l'intenable Semi Radradra et ses partenaires entre la 20eme et la 58eme minute de jeu, reste, lui, treizième, mais avec désormais cinq points de retard sur Agen, douzième.

  Toulouse - Montpellier  : 27-14

Même privé de ses (nombreux) internationaux, Toulouse comptait bien sur la venue de Montpellier, humilié la semaine dernière chez le dernier Perpignan, pour poursuivre son impressionnante série et consolider sa place de leader. Une mission une nouvelle fois accomplie pour le premier du classement. Toutefois, le MHR qui s'est présenté devant le Stade Toulousain samedi avait bien plus à proposer que celui qui était tombé de haut face à l'USAP. D'ailleurs, les Héraultais ont inscrit le premier essai de la partie, par Jacques Du Plessis. Malheureusement pour eux, ils ont aussi réveillé du même coup des Toulousains quelque peu amorphes en début de match. Un essai de pénalité, un autre de Zack Holmes, avant que François Cros ne ruine définitivement les espoirs des Montpelliérains et Toulouse peut désormais se vanter de ne plus avoir perdu depuis onze matchs (dix victoires, un nul) avant un déplacement compliqué à Paris face au Stade Français la semaine prochaine.

  Toulon - Pau  : 38-11

Et si la gifle d'Agen de la dernière journée avait finalement fait plus de bien que de mal du côté de Toulon ? Une semaine après s'être attiré la fureur de son bouillant président Mourad Boudjellal, le RCT a livré contre Pau à Mayol l'une de ses plus belles prestations depuis le début de la saison. A la clé, un carton contre la Section et une victoire bonifiée qui permet aux Varois, dixièmes à égalité de points avec Montpellier, de reprendre espoir pour la qualification. En conquérants, les joueurs de Patrice Colazo ont marché pendant toute la partie sur des Palois rarement mis à si rude épreuve depuis un moment. Emmené par son capitaine exemplaire Raphael Lakafia et par un François Trinh-Duc impérial au pied (6 sur 6), Toulon a retrouvé et le sourire et de sa superbe samedi soir, pour passer cinq essais (Webb, Isa, Tuisova, Ikpefan, Meric) à ses adversaires, incapables de résister à la tempête rouge et noire. Boudjellal a peut-être bien fait de ruer dans les brancards.

  Perpignan - Agen  : 13-20

Cette fois, c'est bien fini. Déjà que la victoire (la première de la saison) contre Montpellier de la semaine dernière n'avait pas réellement changé quoi que ce soit au sort de Perpignan, déjà condamné, la nouvelle défaite de l'USAP, samedi à domicile contre un autre mal classé Agen, a définitivement envoyé les Catalans en Pro D2. A la pause, la lanterne rouge, qui menait 6-3, pouvait pourtant toujours rêver d'une deuxième victoire de rang, la première sur sa pelouse d'Aimé-Giral. Mais la seconde période, presque intégralement à l'avantage du SUA (deux essais), a eu raison des ultimes illusions d'Enzo Selponi et des siens. A un essai transformé d'un match nul, Perpignan a bien eu la balle de l'égalisation dans les derniers instants, mais il l'a laissé filer. A l'image de cette saison cauchemardesque pour les Catalans, promis d'ores et déjà à retrouver l'échelon inférieur la saison prochaine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.