Top 14 / Maciello : " La sécurité du joueur, c'est la priorité de l'arbitre "

Top 14 / Maciello : " La sécurité du joueur, c'est la priorité de l'arbitre "©Media365
A lire aussi

Thibault Laurens, publié le samedi 24 août 2019 à 12h23

Après les différents drames, ainsi que la hausse des blessures et commotions, World Rugby et les différentes ligues nationales mettent en place de nouvelles mesures pour protéger la santé des joueurs. Franck Maciello, nouveau directeur technique national de l'arbitrage, s'est livré sur les différents axes de progression, tels que les sanctions sur le jeu déloyal ou bien l'arbitrage vidéo. Extraits.

À l'aube de la saison 2019-20, l'amélioration de la protection des joueurs reste le leimotiv de World Rugby. Suite à une augmentation exponentielle des commotions cérébrales et des graves blessures, l'instance, en collaboration avec les ligues nationales des différents pays du globe, tente de trouver des solutions pour le bien des athlètes. « World Rugby a établi un arbre décisionnel, un arbre d'analyses des causes, qui permet aux arbitres de Top 14 et aux arbitres vidéo d'analyser plusieurs facteurs pour prendre la meilleure décision (...) Nous allons, par exemple, rechercher un facteur atténuant lorsqu'il y a un plaquage haut, nous demander si le joueur a cherché à enrouler son adversaire ou si son bras était collé près du corps. D'ailleurs, l'interdiction de plaquer au-dessus de la poitrine et à deux sera mise en application cette année dans le rugby fédéral, jusqu'en Fédérale 2 », analyse Franck Maciello, le nouveau directeur technique national de l'arbitrage, dans un entretien accordé à Rugbyrama.

Maciello : « La tête et le cou, c'est zone interdite »

Pour le nouveau DTNA, l'objectif est clair : proscrire un maximum les gestes dangereux qui peuvent faire leur apparition sur un terrain de rugby. De ce fait, et depuis l'an passé, le jeu déloyal a été analysé avec beaucoup plus de rigueur. Mais le combat n'est pas terminé. « Cette année, c'est la première fois que nous allons traiter le jeu déloyal avec l'arbitre, les juges de touche et les TMO en même temps. Chacun doit entendre le même discours, il ne faut pas qu'il y ait d'interprétation possible. Ils travaillent en équipe sur les situations. C'est une avancée supplémentaire (...) Concernant les sanctions prisent par les arbitres pour protéger les joueurs, la tête et le cou, c'est zone interdite. Je crois que la sécurité du joueur, c'est la priorité de l'arbitre. Je vais être un peu excessif mais il vaut mieux que l'on discute à la fin d'un match d'une pénalité ou d'un carton qu'on pourrait trouver sévère plutôt que de présenter des condoléances à une famille », conclut Maciello.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.