Top 14 : La Ligue écarte l'idée d'un match perdu pour cause de coronavirus

Top 14 : La Ligue écarte l'idée d'un match perdu pour cause de coronavirus©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mardi 25 août 2020 à 10h21

Malgré plusieurs voix qui se sont élevées pour une solution "à l'anglaise", la Ligue Nationale de rugby a refusé de donner match perdu aux clubs durement touchés par le coronavirus.

La Ligue Nationale de rugby (LNR) n'a pas cédé aux sirènes d'une position dure. Alors que, très récemment, le président du LOU Yann Roubert ainsi que son entraîneur Pierre Mignoni, tous deux accompagnés de Christophe Urios, entraîneur de l'UBB, et Laurent Travers, entraîneur du Racing 92, ont pris position pour une solution à l'anglaise, la LNR a finalement dit « non ». En effet, la Premiership a récemment décidé qu'un club ne pouvant présenter un groupe complet, c'est à dire 25 joueurs, sera déclarée perdante afin d'éviter trop de reports de matchs dans un calendrier déjà surchargé avec la tournée de novembre allongée par World Rugby. La commission sportive de la LNR s'est, en effet, réunie ce lundi via visioconférence et a préféré statuer sur un report des matchs dans un tel cas de figure, selon le quotidien L'Equipe. Une décision saluée par le syndicat des joueurs Provale, dont son président Robins Tchale-Watcho assure qu'« on a potentiellement le luxe d'attendre » avant de prendre une mesure aussi radicale.

La LNR blâme le manque d'harmonisation des protocoles sanitaires

Une ligne dure refusée par la LNR et son président Paul Goze, qui ne veut pas jeter l'opprobre sur un club avant d'avoir tous les éléments concernant une situation donnée. « Nous ne suivrons pas l'idée de certains qui consistait à donner match perdu à une équipe qui présenterait un cas de Covid-19 et devrait dès lors déclarer forfait, assure l'ancien président de l'USAP dans des propos recueillis par le quotidien L'Equipe. D'abord parce qu'il faut prouver qu'il y a une faute grave du club. » Pour justifier cette décision, Paul Goze n'a pas caché qu'une absence d'uniformité dans la mise en place des protocoles sanitaires entre les sports d'une part et les régions d'autre part. « Le football a mis en place son protocole, qui n'est pas le même que le nôtre, et l'ARS (Agence Régionale de Santé) Rhône-Alpes, dans le cas de Grenoble, a fait preuve d'une sévérité qui n'est pas de mise ailleurs, a déclaré le président de la LNR. Tant qu'il n'y aura pas une harmonisation complète au sein des différentes ARS, nous préférons reporter les matchs plutôt que de sanctionner. »

La LNR prête à changer d'avis

Mais cette décision permettant à certains clubs, dont le Stade Français Paris ou Grenoble, de souffler ne semble que temporaire. En effet, si la situation sanitaire venait à évoluer et si les contraintes pesant sur le calendrier ne permettaient pas de reporter les matchs, le couperet pourrait finalement tomber. « La seule position, à moyen terme, qui nous ferait changer d'avis concernant les matches reportés plutôt que perdus, c'est s'il venait à y avoir embouteillage dans le calendrier, confirme Paul Goze. Face à une accumulation de matches reportés et sans possibilité de tous les faire rejouer, alors là nous envisagerions de donner match nul ou défaite. Mais nous n'en sommes pas là. » Tout le rugby français sera donc attentif à l'évolution de la situation sanitaire... et d'éventuelles tractations avec la Fédération Française de Rugby, World Rugby et l'EPCR concernant la surcharge du calendrier de la saison 2020-2021 entre championnats, matchs internationaux, fin des Coupes d'Europe 2019-2020 et le déroulement de la nouvelle saison.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.