Top 14 (J9) : Bayonne l'emporte face à Toulouse et conserve son invincibilité à domicile

Top 14 (J9) : Bayonne l'emporte face à Toulouse et conserve son invincibilité à domicile©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 29 octobre 2022 à 23h05

Face à une équipe de Toulouse privée de nombreux internationaux mais qui a arraché le point de bonus défensif, Bayonne a saisi sa chance et reste invaincu à domicile cette saison en Top 14.



Comme le Stade Pierre-Fabre, le Stade Jean-Dauger est imprenable cette saison ! A l'image du Racing 92, de Bordeaux-Bègles, de La Rochelle et de Perpignan, Toulouse n'a pas su dompter la furia de l'Aviron Bayonnais. Avec une équipe largement remaniée pour cause d'absence des internationaux, les joueurs d'Ugo Mola ont fait avec leurs armes et ont su limiter les dégâts dans les derniers instants de la rencontre. Et il ne fallait pas être en retard car Gaëtan Germain a ouvert le score sur pénalité après une position de hors-jeu de la défense toulousaine avant de faire se lever les supporters des Bleu-et-Blanc moins de cinq minutes plus tard. Incisive, l'attaque bayonnaise a fait se désorganiser la défense adverse et, au terme d'une longue séquence de possession, l'arrière a été parfaitement décalé pour aller à l'essai. Pris par l'agressivité des Basques, les joueurs du Stade Toulousain n'ont pu faire mieux que subir les vagues les unes après les autres mais leur résistance a atteint bien vite ses limites. Au quart d'heure de jeu, sur un ballon porté parfaitement exécuté, Facundo Bosch a pu inscrire le deuxième essai de l'Aviron. La seule réplique du club de Haute-Garonne est venue d'une faute dans un ruck de Pierre Huguet.

Bayonne a vite fait le trou

Aligné à l'ouverture aux côtés de son frère Arthur, Edgar Retière n'a pas manqué la cible pour manquer les trois premiers et seuls points de Toulouse dans ce premier acte. Les 20 minutes suivantes ont alors vu l'Aviron maintenir la pression sur son adversaire, qui a cédé à deux reprises. Autant d'occasions de creuser l'écart que Gaëtan Germain n'a pas laissé passer. Le résultat a été une marge de 20 points à la pause pour une séduisante équipe bayonnaise. Au retour sur la pelouse de Jean-Dauger, les joueurs d'Ugo Mola ont présenté un tout autre état d'esprit et ont tenté de mettre la main sur le ballon. Absent depuis le début de la saison en raison d'une opération aux adducteurs, Cyril Baille a repris la compétition avec une entrée en jeu à la 46eme minute alors que Paul Graou est également entrée sur la pelouse au poste de demi de mêlée. Les efforts toulousains ont fini par payer dix minutes après la reprise. Parfaitement lancé par Emmanuel Meafou au terme d'une longue séquence de possession, Lucas Tauzin a trouvé un espace dans la défense basque pour aller aplatir. Les bancs se sont alors ouverts pour apporter du sang neuf.

Toulouse a eu raison d'y croire

Peu après l'heure de jeu, Gaëtan Germain s'est fendu d'une quatrième pénalité pour donner 18 longueurs d'avance à l'Aviron avant une fin de match qui a vu Toulouse pousser avec l'espoir d'arracher le bonus défensif. A cinq minutes de la sirène, Dimitri Delibes a permis à ses coéquipiers d'y croire un peu plus, faisant parler sa pointe de vitesse le long de la ligne de touche pour conclure victorieusement un jeu au large bien construit. Les dernières minutes ont été étouffantes avec l'arbitre de la rencontre, le Néo-Zélandais Ben O'Keeffe, qui a sorti sur carton jaune le talonneur bayonnais Torsten van Jaarsveld cinq minutes après la sirène. Jouant jusqu'au bout, les Toulousains ont fini par avoir gain de cause au bout du suspense. Juan Cruz Mallia a bien suivi ses avants pour ensuite forcer le passage et aplatir puis transformer l'essai du bonus défensif. Grâce à cette victoire (26-22), Bayonne remonte au huitième rang quand Toulouse fait contre mauvaise fortune bon cœur. Profitant des faux-pas du Stade Français Paris et de La Rochelle, le leader met à profit le point de bonus défensif pour creuser un peu plus l'écart au classement avec une marge de neuf et onze points sur ses deux plus proches poursuivants.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.