Top 14 (J4) : Les déclas qui claquent

Top 14 (J4) : Les déclas qui claquent©Media365

Lucas Bertolotto, publié le lundi 18 septembre 2017 à 16h28

L'énervement d'Hugo Bonneval, la volonté de travail de Benjamin Lapeyre ou encore la malchance de Simon Mannix, voici le top des déclas après la 4eme journée de Top 14.

Le plus énervé : Hugo Bonneval (arrière de Toulon)
« Quand tu en prends 40, tu fermes ta gueule et tu baisses la tête »
Le plus bosseur : Benjamin Lapeyre (arrière de Brive)
« Les doutes, les doutes... Maintenant, il faut qu'on arrête de parler. On a du pain sur la planche. Il faut qu'on bosse et dur. Travailler pour être moins approximatif et être capable de mettre de l'envie sur 90 minutes. »
Le plus mal loti : Simon Mannix (manager de Pau)
« Le public veut voir du jeu, moi aussi, mais jouer sur un terrain aussi pourri, ça va être compliqué. On a besoin de trouver une solution vite fait. »
Le plus éduqué : Adrien Buononato (manager d'Oyonnax)
« La deuxième période a servi à gagner un peu de respect, parce que c'est important d'être une équipe respectée en Top 14. On a aussi cette crainte de devoir tous les week-ends se justifier d'avoir notre place en Top 14. »
Le plus mécontent : Laurent Labit (entraîneur des arrières du Racing 92)
« Le résultat, je l'explique par une baisse de régime des joueurs qui étaient sur le terrain en première période et qui ont ré-attaqué la deuxième, et par une inefficacité des remplaçants qui n'ont rien amené du tout. Au contraire, pour certains, ils ont même pénalisé l'équipe. »
Le plus honnête : Thomas Combezou (centre de Castres)
« On est très frustré mais on ne va pas remettre tout notre travail en question. On s'écrase, on ne la ramène pas et on bosse. C'est la meilleure des solutions. Je ne vois pas pourquoi ça ne paierait pas. Tout leur a réussi et nous pas du tout. C'est une défaite méritée pour nous. »
Le plus abattu : Jacques Brunel (manager de Bordeaux)
« Le score parle de lui-même. Nous n'avons jamais été dans le rythme. Nous avons subi dans tous les duels et cela s'est accentué au cours du match. Nous avons été surclassés. Une claque pareille, il vaut mieux que ça n'arrive pas du tout. »

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU