Top 14 : Des mesures doivent être prises pour protéger les joueurs selon Szarzewski

Top 14 : Des mesures doivent être prises pour protéger les joueurs selon Szarzewski©Media365

Thibault Laurens, publié le mardi 19 mars 2019 à 19h13

Alors que la santé des joueurs de rugby ne cesse d'être mise à lourde épreuve, l'international français Dimitri Szarzewski (83 sélections) souhaite un meilleur arbitrage de la part des arbitres. Le but, protéger les joueurs et un sport qui a vu trois jeunes joueurs français décéder en 2018.

Afin de trouver des solutions pour protéger la santé des joueurs, un symposium se tient actuellement à Marcoussis. Avec l'évolution de la dimension physique, les chocs sont de plus en plus violents et nombreux. Certaines décisions doivent être prises, comme abaisser la ligne de plaquage. Mais pour Dimitri Szarzewski (36 ans) les arbitres doivent respecter les règles de manière plus strictes pour éviter de nouveaux accidents, notamment dans les regroupements. « En Top 14, les rucks sont mal arbitrés alors qu'en Coupe d'Europe, les arbitres sont très exigeants avec ceux qui contestent le ballon. Chez nous, on voit trop de joueurs se poser sur le ballon, le bloquer de tout leur corps sans faire l'effort d'arracher, a déclaré le talonneur du Racing 92 dans une interview accordée au quotidien L'Equipe. L'arbitre récompense ça et je ne comprends pas pourquoi. Cela devrait être pénalisé. Si les règles existantes étaient arbitrées de façon plus stricte, il y aurait moins de problèmes et de danger car au lieu de déblayer violemment dans les rucks, les joueurs iraient se replace. »

Szarzewski : « Pour gagner, il m'est arrivé d'aller contre mon intégrité physique »

Une critique vers l'arbitrage donc. Cependant, le problème vient également du physique des joueurs. L'idée d'instaurer une limite de poids en fonction du poste était avancée par le magazine Midi Olympique il y a quelques mois. Un constat qui paraît logique, mais malheureusement le Top 14 nous offre des duels déséquilibrés en terme de puissance physique. Comment un Jonathan Bousquet, du haut de ses 75 kilos peut-il arrêter un Nemani Nadolo, qui pèse presque le double (130 kilos), lancé à pleine vitesse ? Comme l'affirme Szarzewski, le rugby est devenu dangereux. « Pour gagner, il m'est arrivé d'aller contre mon intégrité physique. Tu es face à un joueur de 140 kg qui arrive lancé, ton corps n'est pas en bonne position pour le prendre et tu y vas quand même, pour gagner, assure le Racingman. Si tu le laisses passer et que l'équipe perd... Dans la tête, tout se mélange, tes valeurs, le regard des autres. C'est difficile de se soustraire au regard des autres. » Un constat qui fait froid dans le dos.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.