Rugby -Top 14 : Une affaire de trucage au sein de la FFR

Rugby -Top 14 : Une affaire de trucage au sein de la FFR©Media365
A lire aussi

Yannis Dakik, publié le jeudi 05 avril 2018 à 13h23

Imbroglio à la Fédération Française de Rugby. Au mois de juillet dernier, la FFR avait lancé une consultation auprès des 1 889 clubs de France. Une consultation qui faisait suite à la demande de Canal+, diffuseur du Top 14, d'avancer la rencontre de 17h00 le dimanche, de dix minutes. Problème, selon le journal L'Equipe, la FFR n'aurait pas réalisé le sondage dans les règles de l'art.

Le quotidien sportif, d'après ses informations, révèle ce jeudi que 52% des votants s'opposaient au décalage de l'horaire. Pourtant, dans le Midi Olympique du 31 juillet, soit quelques jours après le début des votes, la Fédération affirmait le contraire. « La FFR a lancé sa première grande consultation auprès des clubs. Pour voter, il suffisait de répondre par mail. Du fait de la période, assez peu de clubs ont répondu. Pour un verdict légèrement favorable au décalage de dix minutes. » Alors qui dit vrai ? Le journal sportif affirme que 34 voix auraient été ajoutées « dans l'outil de consultation, à la main, en fin de scrutin. » De plus, des trente-quatre voix supplémentaires, trente seraient favorables au changement d'heure. De quoi laisser quelques doutes.

« On a reçu des appels de dirigeants qui avaient besoin d'être aidés »

Laurent Latour, responsable digital à la FFR, s'est défendu face au journal. « On a reçu des appels de dirigeants qui avaient besoin d'être aidés. Il faut savoir qu'un président, c'est quelqu'un de 60-65 ans qui, parfois, ne maîtrise pas les ordinateurs. On les a guidés pour qu'ils puissent exprimer leurs voix. D'autres avaient perdu leurs codes "club". » Latour assure également que certains présidents s'étaient déplacés à Marcoussis pour voter alors que le seul moyen initialement prévu était de remplir un questionnaire sur Internet. « Une trentaine de voix par téléphone, c'est faux. Déjà, des présidents sont venus à Marcoussis. Et puis il y avait des "non". De mémoire, même en enlevant ces voix, on arrivait à un résultat quasiment paritaire. On n'a jamais dit que la seule voix d'administration de l'enquête c'était via internet. Qu'est-ce que vous en savez si on ne leur a pas demandé leur avis par voie postale ?» La défense du responsable digital à la FFR semble floue.

« C'est un sondage qui n'a aucune valeur statutaire »

Une défense d'autant plus floue que les responsables de la FFR semblent avoir changé d'avis entre temps. «Les clubs étant les premiers concernés par cette sollicitation, la décision à prendre doit être la leur. » Voilà ce qu'indiquait la FFR sur son site le 20 juillet avant d'ouvrir les votes. Mais Laurent Gabbanini donne l'impression de penser le contraire. Toujours sollicité par l'Equipe, le directeur général adjoint de la FFR assure que le sondage est une « question complètement informelle », «relativement accessoire», « dont tout le monde se tape le coquillard». Laurent Latour insiste à son tour : « C'est un sondage qui n'a aucune valeur statutaire. On voulait prendre une photo à un instant précis, mais vu le taux d'abstention, la photo est floue. » Et le sondage truqué ? Le doute plane.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU