Ligue Mondiale : Le rugby professionnel français prêt à contre-attaquer

Ligue Mondiale : Le rugby professionnel français prêt à contre-attaquer©Media365

Mathieu WARNIER, publié le samedi 02 mars 2019 à 14h56

Face à un projet de Ligue Mondiale qui alourdirait le calendrier, Paul Goze a confié dans un mail au président de World Rugby ses inquiétudes et menace clairement l'instance mondiale de représailles si un tel projet devait être mené à bien.

On savait les grandes manœuvres en cours en sous-main mais la réforme du calendrier du rugby international a pris un tour bien différent. Le New Zealand Herald a, en effet, dévoilé un projet qui mettrait en place une ligue fermée réservée aux Six Nations, au Rugby Championship, au Japon et aux Etats-Unis. Dès que ce projet a été révélé, les levées de bouclier ont été nombreuses et la dernière en date est celle du président de la Ligue Nationale de rugby, Paul Goze, qui a envoyé un message au président de World Rugby, Bill Beaumont. Le patron du rugby professionnel français demande à ce dernier des précisions quant à ce projet qui verrait le calendrier s'alourdir de plusieurs dates supplémentaires, confirmant avoir déjà demandé de tels éclaircissements à plusieurs reprises. « Nous vous saurions gré de vous communiquer dans les meilleurs délais les détails précis de ce projet, tonne l'ancien joueur et président de Perpignan dans ce message rendu public par le quotidien L'Equipe, qui ne cache pas une certaine volonté d'en découdre si ce projet devait avancer tel que présenté dans la presse néo-zélandaise. Si nous ne recevions pas ces éléments, ou si ceux-ci se révélaient inaptes à écarter les inquiétudes majeures que ce projet est susceptible de susciter pour la LNR et ses membres, je souhaite vous indiquer de façon officielle que la LNR réserve d'ores et déjà l'ensemble de ses droits pour engager toute action, y compris par la voie contentieuse. »

Paul Goze prêt à ne pas respecter les règlements de World Rugby

Dans ce même message et dans la droite lignée de ses propos précédents, Paul Goze n'hésite pas à déclarer à Bill Beaumont que la LNR pourrait refuser d'appliquer la règle 9 de World Rugby. Autrement dit, la LNR pourrait laisser les clubs français bloquer leurs joueurs internationaux durant les fenêtres internationales. « Il va de soi que toute augmentation du nombre des matchs internationaux pour lesquels les joueurs devraient être mis à disposition impacterait le Top 14, chacun de ses clubs comptant dans son effectif des joueurs amenés à évoluer en équipe nationale, ainsi que les joueurs concernés, confirme Paul Goze dans sa missive. Qui plus est dans le contexte où, faut-il le rappeler, la règle 9 de World Rugby impose la mise à disposition des joueurs en équipe nationale sans aucune compensation financière pour les clubs employeurs des joueurs. » Le message est suffisamment clair pour laisser entendre que Paul Goze, et le rugby professionnel français derrière lui, pourrait se mettre sur le sentier de la guerre avec World Rugby quand, dans le même temps, le syndicat des joueurs des iles du Pacifique laisse planer la menace d'une grève de ses joueurs pour la prochaine Coupe du Monde face à l'exclusion de ces pays du projet de Ligue Mondiale.

World Rugby essaye de calmer les esprits

Face aux diverses levées de bouclier suscitées par ce projet, World Rugby n'avait plus la possibilité de garder le silence et, dans un entretien accordé à l'AFP, le directeur général de l'institution Brett Gosper a tenté calmer les esprits. Ce dernier réfute la thèse d'une compétition absolument fermée aux six nations de l'Hémisphère nord, aux quatre nations du Sud ainsi qu'au Japon et aux Etats-Unis, excluant de fait de nombreux pays dont les iles du Pacifique. « La participation serait fondée sur le mérite en fonction du classement à un moment donné. Il n'est donc pas question d'exclure les îles du Pacifique, assure Brett Gosper qui indique que l'idée d'une compétition à plusieurs niveaux n'était pas écartée. Nous ajouterions ainsi deux pays émergents au top niveau, tout en finançant une compétition de deuxième niveau avec tous les avantages qui en découleraient pour les joueurs. La compétition à deux divisions offrirait plus de possibilités aux joueurs et assurerait la stabilité financière des fédérations. » Mais ce que confirme Brett Gosper, c'est l'idée de prolonger la saison internationale pour les équipes allant dans le dernier carré de la future Ligue Mondiale. « Il s'agit d'une discussion en constante évolution avec toutes les parties prenantes et certaines des préoccupations exprimées sont inexactes et dépassées. Par exemple, il a été question de jouer cinq semaines de suite en novembre, mais encore cette semaine, nous avons évoqué une période d'inactivité pendant laquelle dix des douze équipes cesseraient de jouer, précise ainsi le directeur général de World Rugby. Aujourd'hui, les équipes jouent en moyenne douze matches tests par an, ce format leur permettrait de jouer onze matches et seulement des matches supplémentaires s'ils atteignent les demi-finales et la finale. » Si World Rugby a ainsi validé l'idée d'une Ligue Mondiale, les contours du projet restent encore bien flous et polémiques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.