Laporte s'en prend aux footballeurs

Laporte s'en prend aux footballeurs©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mercredi 17 juin 2020 à 10h42

Pour Bernard Laporte, le fait que certains joueurs de Ligue 1 aient refusé de baisser leur salaire pendant la crise sanitaire "peut choquer". Le président de la FFR a en revanche salué l'effort financier des rugbymen.


Durant la pandémie de coronavirus, de nombreux clubs de Ligue 1 ont mis leurs joueurs au chômage partiel. Le PSG, qui est le club français le plus impacté financièrement par la crise sanitaire avec plus de 200 millions d'euros de manque à gagner, aurait même souhaité que ses joueurs acceptent de diminuer encore plus leur salaire, comme cela a pu être le cas au FC Barcelone, au Bayern Munich ou à la Juventus. Ce qu'aurait notamment refusé Thiago Silva, le capitaine brésilien du PSG. A l'OM aussi, Dimitri Payet était opposé à cette solution, expliquant au Journal de l'Île de la Réunion avoir "des crédits importants à honorer, des engagements à tenir."

Le "geste très fort" du staff du XV de France

Un sujet sur lequel Bernard Laporte, invité de France Info mercredi matin, s'est exprimé. Et le président de la Fédération française de rugby ne se montre pas tendre avec les footballeurs. "Quand je vois certains joueurs de foot qui sont très bien payés − et là-dessus, il y a aucun souci, ils ne volent pas l'argent − mais voir qu'effectivement certains sont réticents à baisser, de même de 10%, c'est vrai que de l'extérieur, il faut bien qu'ils comprennent que ça peut choquer", a-t-il ainsi déclaré. L'ancien ministre des Sports a en revanche salué le geste des joueurs de rugby, qui ont eux accepté des baisses de salaire "de 10 à 20%" : "Les joueurs ont participé, ont contribué à aider leurs clubs, parce qu'ils ont bien compris que leur club, c'est-à-dire leur employeur, leur maison, leur seconde famille, était dans la difficulté." Et le staff du XV de France a aussi accepté de diminuer ses émoluments, d'environ 10%. "Ce sont eux qui sont venus nous voir en disant : « Quel peut être notre contribution ? ». J'ai trouvé ce geste très fort", apprécie l'ancien sélectionneur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.