FFR : Prolongation de la garde à vue pour Bernard Laporte

FFR : Prolongation de la garde à vue pour Bernard Laporte©Media365

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 23 septembre 2020 à 12h50

Selon une information de l'AFP, la garde à vue de Bernard Laporte se poursuit ce mercredi dans le cadre de l'enquête sur ses liens avec le groupe Altrad.

 

Bernard Laporte n'en a pas encore fini avec les enquêteurs de la BRDE (Brigade de Répression de la Délinquance Economique). Alors qu'il est entendu concernant ses liens avec le groupe Altrad, principal sponsor du XV de France, à la suite des sanctions à l'encontre du club de Montpellier, également propriété de Mohed Altrad, revues à la baisse, le président de la Fédération Française de rugby est encore en garde à vue ce mercredi selon une information recueillie par l'AFP. En ce qui concerne le vice-président de la FFR Serge Simon, le directeur du Comité d'Organisation de la Coupe du Monde 2023 Claude Atcher, le responsable des relations internationales de la FFR Nicolas Hourquet ainsi que Mohed Altrad, leur maintien ou leur sortie de garde à vue n'a pas encore pu être confirmé.

Laporte encore en garde à vue jusqu'à jeudi matin ?

Des gardes à vue qui entrent dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte en 2017 par le Parquet National Financier (PNF), qui soupçonne l'état-major de la Fédération Française de rugby d'avoir favorisé le club de Montpellier en ayant fait pression sur la Commission d'Appel de la FFR. S'il a reconnu avoir contacté en juin 2017 Jean-Daniel Simonet, président de cette commission, Bernard Laporte s'est toujours défendu de toute intervention malgré une modification de la décision de la commission entre le 29 et le 30 juin 2017. Une garde à vue qui, concernant le patron du rugby français, pourrait se prolonger jusqu'à ce jeudi. En effet, dans une telle affaire, la garde à vue peut durer jusqu'à 48 heures. Un délai au terme duquel le PNF pourra décider soit de poursuivre l'enquête préliminaire, soit d'ouvrir une information judiciaire confiée à des juges d'instruction, soit de clore l'affaire en mettant un terme à l'enquête.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.