FFR : Laporte un jour président d'un club ?

FFR : Laporte un jour président d'un club ?©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le jeudi 01 avril 2021 à 16h25

Président de la Fédération française de rugby jusqu'en 2024, Bernard Laporte, qui ne pourra pas se représenter, s'est confié sur son avenir dans le cadre de l'émission Salon VIP sur beIN Sports.



En 2024, Bernard Laporte aura 60 ans, et il quittera la tête de la présidence de la Fédération française de rugby, ne pouvant pas briguer un troisième mandat. Mais que fera l'ancien joueur, entraîneur, sélectionneur du XV de France et secrétaire d'Etat aux Sports ensuite ? Il ne le sait pas encore, mais il a donné quelques indications lors de l'émission Salon VIP, sur beIN Sports. « Je m'épanouis dans ce poste de président de la FFR, confie-t-il. J'ai fait voter le fait que le président ne puisse pas faire plus de deux mandats, car j'ai tellement entendu : "à la Fédé, c'est toujours les mêmes, ça fait 40 ans qu'ils y sont, ça ne bouge pas". OK, j'ai compris le message, le président ne fera pas plus de deux mandats. Après tu fais autre chose, il y en a d'autres qui arrivent, avec une autre énergie, d'autres idées. Ça passe très très vite, bien sûr. Mais je ne voulais pas qu'on dise : "il est comme les autres, une fois qu'il y est, il veut rester à vie". Non, je ferai mes deux mandats et après je partirai, avec plaisir j'espère, ça voudra dire qu'on a été champions du monde. Je ne sais pas ce que je vais faire après. Je suis vice-président de la Fédération internationale aujourd'hui (jusqu'en 2024 aussi, ndlr), est-ce que je vais m'engager dans la course à la présidence puisque Bill Beaumont (âgé de 69 ans et président depuis 2016, ndlr) ne pourra pas, pour une question de nombre de mandats aussi, ou est-ce que je prends la présidence d'un club ? Je ne sais pas. »

Toulon toujours très cher à son coeur

S'il ne sait pas quel club il pourrait présider, il sait déjà lequel il ne présidera jamais : « Il y a des clubs où je me dis que ce serait difficile d'y revenir. Toulon par exemple, car j'ai vécu tellement de bonnes choses là-bas que je ne veux garder que ça, les bons souvenirs, les émotions que j'ai à chaque fois que je rentre dans cette ville. Il n'y a pas spécialement une équipe, je n'y pense pas, je verrai. » Il lui reste trois ans pour réfléchir à sa reconversion...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.