FFR : La violente charge de Laporte

FFR : La violente charge de Laporte©Media365

Paul Rouget : publié le samedi 29 août 2020 à 11h04

En pleine campagne pour sa réélection à la tête de la Fédération française de rugby, Bernard Laporte s'en est violemment pris à Sylvain Deroeux, l'un des colistiers de son adversaire Florian Grill, qualifiant notamment l'ancien joueur de Perpignan de "médiocre".

 

Malgré l'avis favorable rendu par le CNOSF suite à la demande de conciliation de Florian Grill, candidat à la présidence de la Fédération française de rugby, de reporter l'élection en raison de la crise sanitaire, elle devrait bien se dérouler le 3 octobre. Et la campagne bat son plein. Candidat à sa propre succession, Bernard Laporte était de passage à Perpignan, dans les locaux du quotidien L'Indépendant, où il a violemment chargé Sylvain Deroeux, ancien troisième ligne aile puis directeur général de l'USAP, qui s'est engagé aux côtés de Grill sur la liste Ovale Ensemble. 

"Des gens qui ne respectent rien ni personne"

"C'est difficile de parler aux médiocres. Je veux bien attacher un peu d'importance, 10 secondes, à ce qu'il a fait. C'est quoi sa vie ? On parlait des personnes qui sont au chômage du rugby. Lui, il a laissé plus de 5 millions d'euros de trou à Perpignan. Et ce n'est pas moi qui le dis, je peux faire parler des gens s'il veut. Et puis surtout, aujourd'hui, qui l'appelle ? Quel club l'appelle ? Personne, il est au chômage et il aimerait être secrétaire général de la Fédération. Si j'étais à sa place, je me tairais surtout", a lâché l'ancien sélectionneur du XV de France, avant de conclure : "Il est aussi médiocre dirigeant qu'il était moyen joueur". Laporte, également vice-président des Six Nations et de World Rugby, a sans doute peu goûté les déclarations de Deroeux dans les colonnes de Midi-Olympique, où l'ancien joueur estimait notamment que "la FFR est actuellement sous la direction de gens qui ne respectent rien ni personne, sur aucun sujet. Ils passent en force de partout, à coups de menton quand ce ne sont pas des coups de bâton."  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.