Divers : Sébastien Chabal évoque la dangerosité du rugby et les solutions à apporter

Divers : Sébastien Chabal évoque la dangerosité du rugby et les solutions à apporter©Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365, publié le jeudi 07 février 2019 à 15h30

Ancien international français, Sébastien Chabal a évoqué dans le podcast « Premiers crampons », produit par Orange, les récentes polémiques sur la dangerosité du rugby et les solutions qu'il souhaiterait voir apporter.

Sélectionné à 62 reprises en équipe de France, l'ancien troisième ligne (ou deuxième ligne) Sébastien Chabal (41 ans) est le premier invité du podcast « Premiers Crampons », produit par Orange et disponible sur toutes les plateformes (Soundcloud, Deezer...).



L'ancien joueur de Bourgoin-Jallieu, du Racing et du LOU (entre autres) revient notamment sur les récentes polémiques liées à la dangerosité du rugby. « C'est bien qu'il y ait une prise de conscience. Malheureusement, elle arrive car il y a des accidents, des traumatismes. On en voit de plus en plus tous les week-ends et à tous les niveaux. Le rugby en France est à un tournant. On a pris conscience de l'état de notre sport, de notre manière de l'éduquer, de l'appréhender, de le jouer. Et je crois qu'on s'est aperçu qu'on avait tort sur presque toute la ligne. On a pris le virage, à la fin des années 1990, début des années 2000, du rugby physique. J'ai commencé en 1998 donc j'étais en plein dedans. On a commencé à faire de la muscu, à plus s'entraîner, et être plus prêts physiquement. Le rugby est devenu un sport d'affrontement. Il y a 15-20 ans, c'était moins dur, ça allait moins vite. Mais la planète rugby jouait comme ça, donc il fallait jouer comme ça. Rapidement, les meilleures équipes, et les Blacks en sont le meilleur exemple, ont pris le virage du jeu, celui de l'évitement. Ils ont dû s'asseoir cinq minutes, car il n'y avait pas besoin de réfléchir plus longtemps, et se dire que ce sport n'était pas un sport d'affrontement mais d'évitement. Beaucoup de nations ont pris ce virage, tout en gardant cet aspect physique, car c'est un sport qui le demande. Mais nous on est resté dans ce rugby physique. »

Chabal : « C'est une question d'éducation »

Pour Sébastien Chabal, c'est grâce à l'éducation que le rugby deviendra un sport moins dangereux, et non pas en instaurant de nouvelles règles, comme celle du « passage en force » chez les moins de 14 ans (si le porteur de balle percute un joueur statique, il doit rendre le ballon, ndlr). « Quand les grands se rentrent dedans tous les week-ends, les éducateurs enseignent ça aux petits. Si tous les éducateurs disaient aux gamins "arrêtez de vous rentrer dedans car le rugby est un sport d'évitement", je pense qu'on aurait moins de problèmes. Concernant le passage en force, comme on est Français, on est des Latins, je pense qu'on va essayer de détourner cette règle. Ça va poser beaucoup de problèmes aux arbitres et au déroulement du jeu. En France, quand on a un problème, on fait une loi sur une loi sur une loi. On n'a pas besoin de ça. C'est une question d'éducation. Notre sport est déjà tellement compliqué. La règle va créer des problèmes, tensions, des frustrations, des incompréhensions », conclut « Caveman ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.