Balayage sur Danty : Du Toit suspendu trois semaines, soit moins que Dupont...

Balayage sur Danty : Du Toit suspendu trois semaines, soit moins que Dupont...©Panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, Media365, publié le jeudi 17 novembre 2022 à 13h48

Coupable d'un violent coup de tête sur Jonathan Danty, samedi dernier au Stade de France lors du match entre la France et l'Afrique du Sud, le troisième ligne des Springboks Pieter-Steph du Toit a été suspendu trois semaines uniquement. Soit moins qu'Antoine Dupont.



Voici une sanction qui devrait faire beaucoup parler. Alors qu'Antoine Dupont a été suspendu quatre semaines (à l'origine huit semaines, mais les excuses et le comportement depuis le début de sa carrière du demi de mêlée des Bleus ont incité la commission de discipline à diminuer la suspension de moitié), Pieter-Steph du Toit, expulsé lors de ce même match entre le XV de France et l'Afrique du Sud à Marseille du 12 novembre dernier, a hérité étonnamment d'une suspension moins lourde que celle du numéro 9 du Stade Toulousain. Le troisième ligne des Springboks avait en effet reçu un carton rouge pour un violent coup de tête au visage de Jonathan Danty lors d'un déblayage sur le centre des Bleus. Un geste violent et délibéré de la part de Du Toit, qui avait de surcroît nié avoir commis un acte déloyal ("ça ne méritait pas un carton rouge", avait-il dit ensuite), avait refusé de plaider coupable, pas plus qu'il n'avait compris après-coup pourquoi il avait été invité à quitter la pelouse du Vélodrome par l'arbitre, quand la faute de Dupont dans les airs sur Cheslin Kolbe a, elle, été considérée comme "imprudente et non intentionnelle" par la commission.

La sanction de Du Toit ramenée de six à trois semaines

Pourtant, Dupont a été suspendu quatre semaines, tandis que le Sud-Africain élu meilleur joueur du monde en 2019 a écopé d'une suspension de trois semaines. Là aussi, comme pour le capitaine du XV de France, la sanction a été abaissée. A l'origine, Du Toit aurait dû en effet être suspendu six semaines, et non trois. "Ayant pris en compte les circonstances atténuantes, notamment les preuves de remords, de contrition, le dossier disciplinaire antérieur exemplaire et la conduite du joueur pendant l'audience, la commission judiciaire a réduit le point de départ de six semaines à trois semaines." Soit moins que Dupont. En y réfléchissant bien et en revoyant les images des deux actions, cela semble quand même assez incroyable.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.