Afrique du Sud : Kolisi s'exprime sur le racisme et réclame du changement

Afrique du Sud : Kolisi s'exprime sur le racisme et réclame du changement©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION : publié le lundi 20 juillet 2020 à 14h40

Dans une vidéo publiée sur son compte Twitter, Siya Kolisi, le premier capitaine noir de l'Afrique du Sud, s'est exprimé sur le racisme dans la lignée du mouvement « Black Lives Matter. »



Au tour de Siya Kolisi de s'élever contre le racisme. En effet, dans une vidéo de sept minutes publiée sur son compte Instagram, le premier capitaine noir de l'Afrique du Sud s'est exprimé sur la lutte contre les inégalités dans le monde. « Quand je suis arrivé chez les Springboks, tout se faisait en afrikaans (langue des descendants des colons blancs, ndlr) et je ne pouvais pas du tout parler afrikaans. C'était très dur. J'ai dû m'adapter à cette culture (afrikaans) et j'ai dû m'y conformer pour me sentir accepté. Je n'avais pas l'impression de représenter mon pays. J'avais l'impression qu'on ne m'appréciait pas à ma valeur et que je devais être reconnaissant d'être là », a notamment expliqué le champion du monde 2019.

Le mea culpa de Kolisi

« Il est temps pour nous tous de changer et de commencer à faire de l'Afrique du Sud ce pour quoi tant de gens se sont battus, tant de gens sont morts. (...) Je suis en position de leadership dans le sport depuis longtemps et je n'ai pas soulevé la question (du racisme) parce que j'avais peur d'être exclu ou j'avais peur d'être perçu comme différent », a continué le 3eme ligne, qui a tenu à faire son mea culpa. Ce dernier estime d'ailleurs avoir « échoué en tant que leader. »


« J'avais le sentiment que ma vie n'avait pas d'importance puisque j'étais un gamin des townships. (...) Le temps de la peur et du silence est révolu. (...) La prochaine génération ne peut pas souffrir comme nous avons souffert. Nous sommes tous importants. Les vies des Noirs comptent », a-t-il fini par lancé celui qui était déjà très investi dans son pays pour la cause humanitaire. Alors que l'apartheid a officiellement pris fin en 1994 en Afrique du Sud, le pays est encore proie à d'importantes tensions raciales dans un contexte de fortes disparités économiques. Une situation que le sport sud-africain espère réduire petit à petit.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.