Rugby Championship (J2) : Les Blacks se relancent en AfSud

Rugby Championship (J2) : Les Blacks se relancent en AfSud©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365, publié le samedi 13 août 2022 à 20h22

La Nouvelle-Zélande, au fond du trou, a fort joliment rebondi samedi en Afrique du Sud, en allant rafler la mise dans les derniers instants (23-35).



Tout était pourtant réuni afin que les All Blacks partent vers une sixième défaite en sept matchs. Une semaine après leur revers de seize points (26-10) en Afrique du Sud, les Néo-Zélandais étaient à nouveau attendus de pied ferme par des Springboks qui n'avaient qu'une envie : les enfoncer encore plus, évidemment. Sauf que les joueurs de Ian Foster ont bien profité de l'occasion pour tenir une revanche qui pourrait faire date dans une sorte de processus de reconstruction, à un an du Mondial en France. Victorieux 35-23, les Blacks étaient pourtant mal partis, ce qui conduisait d'autant plus à ne pas donner cher de leur peau. Mais dès la neuvième minute, une énorme défense collective à l'arraché leur permettait d'éviter un essai trop rapide. C'était prémonitoire.

Aux alentours de la demi-heure de jeu, Sam Cane (28eme) et Sio Siua Taukeiaho (33eme) inscrivaient deux essais en cinq minutes qui permettaient aux All Blacks de mener 15-0. Mais Lukhanyo Am aplatissait à son tour juste avant la pause (37eme) et une pénalité de Handrè Pollard (40eme+2) ramenaient les champions du monde à cinq points (10-15). Peu avant l'heure du jeu, l'Afrique du Sud accélérait franchement, mais les Néo-Zélandais ne pliaient pas. Un essai était d'abord refusé après une percée phénoménale de Lukhanyo Am (56eme), puis un autre accepté à Mapimpi (20-21, 60eme).

Les locaux reprenaient l'avantage presque dans la foulée sur une nouvelle pénalité de Handrè Pollard (23-21, 68eme). Le mot de la fin sera donc pour les All Blacks à cinq minutes du terme, avec deux essais de David Havili (23-28, 75eme) et enfin Scott Barrett en force (23-35, 80eme+1). Une vague noire de dernière minute qui pourrait donc laisser des traces, et ce dans les deux équipes. Si les cartes ne sont pas forcément redistribuées, voilà qui prouve une fois encore qu'il ne faut jamais enterrer la Nouvelle-Zélande.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.