Racing - Machenaud : "Il faut encore se relever"

Racing - Machenaud : "Il faut encore se relever"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le samedi 17 octobre 2020 à 22h22

Exeter a poursuivi la malédiction du Racing samedi, en faisant subir au club francilien son troisième échec en cinq ans lors d'une finale de Champions Cup (31-27). Maxime Machenaud, logiquement défait, essaie déjà de relever la tête.



Exeter a décroché samedi son premier titre européen pour sa première participation en finale, devenant ainsi le douzième club sacré dans l'histoire de la compétition. En revanche, c'est le troisième raté en finale pour le Racing, après les Saracens en 2016 (21-9) et le Leinster en 2018 (15-12). Les huit essais de cette finale - quatre par équipe - sont un nouveau record pour une finale de Champions Cup. Le troisième-ligne Sam Simmons (Exeter) termine meilleur marqueur de la saison avec huit essais, dont un dernier samedi (le deuxième essai d'Exeter). Son frère Joe finit lui meilleur réalisateur avec 95 points. Au-delà des échecs du seul Racing, c'est la quatrième défaite en cinq ans pour un club français, avec aussi Clermont en 2017 contre les Saracens (28-17). La dernière victoire remonte à Toulon en 2015 face à... Clermont (24-18).

"Elles sont toutes aussi dures à digérer, rumine Maxime Machenaud, abattu peu après le coup de sifflet final (sur beIN SPORTS). On était encore plus proches... Ça n'a pas tourné en notre faveur, bravo à eux et à nous d'en tirer encore des enseignements. Il faut encore se relever. On sait la difficulté, mais c'est avec ces échecs qu'on va repartir. C'est dur, on avait les opportunités pour gagner. On savait qu'ils étaient très bons dans nos 22 mètres, on leur donne deux essais... Ne nous cherchons pas d'excuses, ils étaient meilleurs. Une finale, c'est compliqué et ça se gagne. On perd encore, mais on ne va pas baisser la tête. Il y a des choses plus graves. On était déjà très heureux de jouer une finale." A Bristol, en Angleterre, ce match s'est déroulé à huis clos en raison du contexte sanitaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.