La Rochelle : Bourgarit satisfait, Gibbes en veut encore

La Rochelle : Bourgarit satisfait, Gibbes en veut encore©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le dimanche 02 mai 2021 à 21h55

Si Pierre Bourgarit n'a pas boudé son plaisir après la victoire de La Rochelle face au Leinster en demi-finale de la Champions Cup, Jono Gibbes a déjà les yeux rivés vers la finale contre Toulouse.



La Rochelle n'a pas laissé passer l'occasion. Opposé au Leinster, quadruple champion d'Europe, le club charentais a réalisé un authentique exploit pour se qualifier pour sa première finale de Champions Cup. Mais, pour le directeur sportif rochelais Jono Gibbes, « ce n'est pas une grande surprise » en raison de « la qualité et l'intensité » de sa formation. Mais celui qui prendra la succession de Franck Azéma la saison prochaine à Clermont n'est pas du genre à tout laisser passer à ses joueurs. « On a encaissé deux essais. C'est un peu frustrant pour nous, il y a eu des négligences dans notre défense, analyse le technicien néo-zélandais dans des propos recueillis par Le Figaro. Deux essais, c'est frustrant mais c'est dû aussi à la qualité en face. » S'il assure qu'« une demi-finale gagnée, c'est bien fait pour le groupe », Jono Gibbes compte remettre les pieds de son équipe sur terre. « La chose la plus importante, c'est le prochain match. Il reste du travail à faire face à un adversaire qui a énormément d'expérience assure-t-il. Ce (dimanche) soir, c'est historique pour le club. C'est cool une victoire en demi-finale mais l'histoire n'est pas finie. »

Bourgarit : « On a montré que nous aussi on avait des armes »

Du côté des joueurs du Stade Rochelais, il y avait comme une envie de faire taire les commentateurs qui ne donnaient pas cher de leur peau. « Il y a eu des paroles dans la semaine disant que nous n'étions pas favoris, a rappelé Pierre Bourgarit dans des propos recueillis par Le Figaro. On a montré que nous aussi on avait des armes et qu'on savait se défendre. » Malgré « 20 premières minutes on a été en difficulté », le talonneur rochelais a confirmé qu'« il n'y a pas eu de recadrage à la mi-temps ». Une demi-finale durant laquelle les joueurs de Jono Gibbes et Ronan O'Gara avaient une ligne directrice pour s'ouvrir en grand les portes de Twickenham et de la finale de la Champions Cup face à Toulouse. « On avait à cœur de faire un très gros match devant sur la conquête, ajoute Pierre Bourgarit. On avait mis un gros focus là-dessus cette semaine, cela nous a permis de rivaliser. » Un plan qui s'est déroulé quasiment sans accroc et qui leur permet de croire à la gloire européenne le 22 mai prochain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.