Champions Cup : Le sacre des Saracens en cinq actes

Champions Cup : Le sacre des Saracens en cinq actes©Media365
A lire aussi

Thibault Laurens, publié le dimanche 12 mai 2019 à 13h45

Victorieux en finale de Champions Cup face au Leinster, les Saracens ont bouclé une campagne européenne d'exception en finissant invaincus. Retour sur cinq moments importants du sacre des Sarries.

En dépit d'une première demi-heure durant laquelle les Saracens ont souffert face à l'ogre du Leinster lors de la finale de Champions Cup, les Sarries ont trouvé les ressources nécessaires pour renverser la situation et ainsi décrocher leur troisième trophée européen. Une première dans l'histoire des clubs anglais. Un titre finalement logique quant à la saison des ouailles de Mark McCall, tant ils sont montés en puissance tout au long de la compétition.

Glasgow - Saracens : 1ere journée des phases de poule

Suite à leur désillusion l'an passé, avec une élimination en quart de finale contre le Leinster (30-19), les Saracens ont débuté leur campagne européenne face aux Glasgow Warriors. Sous le soleil écossais, les Sarries l'ont emporté au terme d'une rencontre assez serrée (3-13). Owen Farrell, qui terminera meilleur réalisateur de la compétition, se montrait déjà très en forme. Après un excellent début de match, les Anglais ont baissé peu à peu le pied mais ont démontré à quel point leur défense était solide, n'encaissant aucun point durant la deuxième mi-temps. Premier match en phase de poules et premier succès donc.

Saracens - Cardiff : 3eme journée des phases de poule

Après une deuxième victoire acquise tranquillement face au LOU (29-10), les Saracens ont reçu à l'Allianz Park les Cardiff Blues. Auteurs de neuf essai, les Anglais ont pulvérisé des Gallois bien trop tendres pour rivaliser (51-25). Un match ponctué par une prestation collective remarquable. En dépit du turnover effectué (Spencer, Williams, Itoje, Kruis absents), les Sarries ont déroulé et conforté leur place de leader indiscutable de la poule 3.

Saracens - Glasgow : quart de finale


Lors de la phase de poule les Saracens ont impressionné, réalisant un sans-faute avec six victoires en autant de rencontres. En quart de finale de la compétition, ils ont accueilli une équipe qu'ils avaient déjà affronté à deux reprises cette saison : Glasgow. Si les précédents matchs entre les formations ont été plutôt serrées, les coéquipiers de Billy Vunipola n'ont laissé cette fois-ci aucune chance aux Warriors. Pourtant privés d'Owen Farrell, parti rejoindre sa femme sur le point d'accoucher, les Saracens ont pu compter sur le vétéran David Strettle (35 ans), auteur de deux essais, pour s'imposer largement (56-27). Au-dessus physiquement, les Sarries s'affirmaient déjà comme l'un des épouvantails de cette Champions Cup.

Saracens - Munster : demi-finale

Dans une Ricoh Arena loin d'être comble, les Saracens ont affronté leur premier gros morceau dans le dernier carré de la Champions Cup, à savoir le Munster. Pourtant, le double champion d'Europe (2006, 2009) n'a pas fait le poids face à la machine anglaise (32-16). Emmenés par un Billy Vunipola de gala et désigné homme du match, les Sarries ont fait exploser les Irlandais. Toujours aussi précieux dans l'animation offensive et dans le tir au but, Farrell a quant à lui inscrit vingt-deux points. De bon augure avant d'affronter en finale le Leinster, tenant du titre et bourreau du Stade Toulousain en demi-finale.

Leinster - Saracens : finale


Deux ans après son dernier titre en Champions Cup (2017), les Saracens comptaient bien récupérer leur bien en disposant du Leinster. Pourtant, dans un Saint-James Park plein à craquer, ce sont bien les Irlandais qui ont pris la rencontre à leur compte. Néanmoins et après une demi-heure quasiment parfaite, le Leinster a peu à peu craqué, encaissant dix points juste avant la pause. Pire, la province irlandaise a pris de plein fouet la marée rouge, enregistrant un cinglant 20-0. Impuissants face à la défense de fer des Anglais, à bout de force, les coéquipiers de Jonathan Sexton, élu meilleur joueur du monde il y a quelques mois, n'ont rien pu faire et se sont logiquement inclinés (20-10). Après l'échec de la saison passée, les Saracens ont décroché une troisième Coupe d'Europe en quatre ans. Un sacre assez logique au vu des performances réalisées tout au long de la Champions Cup. Nul doute que les Sarries tenteront, à l'instar de 2016 et 2017, de converser leur titre. Réponse l'an prochain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.